CKMI-DT

CKMI-DT, Global, Quebec City

StationAnnéeChannelNetwork AffiliateProp./Info
CKMI-DT
2011
5.1 (20)
Global
Global Television Network
CKMI-TV
2002
20
Global
Global Television Network
CKMI-TV
1997
20
Global
CanWest/Groupe TVA Inc.
CKMI-TV
1990
5
CBC
Groupe TVA Inc.
CKMI-TV
1989
5
CBC
Tele-Metropole
CKMI-TV
1957
5
CBC
Famous Players
CKMI-TV
1957
5
CBC
Pathonic
1956

CFCM-TV demandait au Conseil d’administration de la SRC l’autorisation d’exploiter une nouvelle station de télévision de langue anglaise à Québec. CFCM-TV avait été placée sous l’autorité du réseau français de la SRC et n’était plus en mesure de diffuser les émissions du réseau canadien-anglais et américain. Avant l’automne 1956, CFCM-TV avait été en mesure de diffuser un grand nombre d’émissions de télévision en réseau en anglais selon la politique de la SRC, permettant ainsi la diffusion facultative d’émissions en français ou en anglais par les stations se trouvant au Québec.

1957

Le 17 mars, CKMI-TV entrait en ondes au canal 5, avec une puissance apparente rayonnée de 5 600 watts vidéo et 2 800 watts audio. Affiliée au réseau anglais de CBC, la station était la propriété  de Télévision de Québec (Canada) Ltée. qui détenait également CFCM-TV, qui diffusait déjà en anglais et en français. L’entrée en ondes de CKMI-TV permettrait à CFCM-TV de diffuser uniquement en français.

J. A. Pouliot fut nommé directeur général de Télévision de Quebec (Canada) Ltée. Il avait travaillé auparavant pour Famous Players Canadian Corp. Arthur P. Fitzgibbons fut nommé directeur des opérations de CKMI-TV, tandis qu’Ernest Miller occupait ce poste à CFCM-TV.

L’actionnariat de Télévision de Québec (Canada) Ltée se répartissait comme suit : A.C. Picard 10,0%, Gaston Pratte 0,1%, Henri Lepage 0,1%, Paul Lepage 0,1%, J.J. Fitzgibbons 0,1%, R.W. Relstad 0,1%, Angus McDunn 0,1%, E.E. Fitzgibbons 0,1%, CHRC Ltée 19,9%, CKCV Ltée 19,8% et Famous Players Canadian Corp. Ltd 49,6%. Gaston Pratte occupait le poste de président de l’entreprise.

Un espace de 22 000 pieds carrés fut ajouté au studio / bureau de CFCM-CKMI.

1958

Arthur P. Fitzgibbons fut nommé directeur des opérations de CFCM-TV / CKMI-TV. Il avait été le directeur des ventes de CKMI. Fitzgibbons avait été recruté par Télévision de Québec en 1954 et nommé au poste de directeur des ventes de CFCM, après presque 24 années passées chez Famous Players. Il continuerait également en tant que directeur des ventes pour les deux stations. Ernest W. Miller, qui travaillait pour l’entreprise depuis 1953, démissionnait en tant que directeur général de la station et directeur des ventes afin d’assumer un nouveau poste. Andrew N. McLellan fut nommé responsable des relations publiques et de la publicité pour Télévision de Québec (Canada) Ltée, titulaire de CFCM-TV et de CKMI-TV. Il avait été responsable de la publicité et de la promotion à CKMI-TV.

Le 1er juillet, 139 relais micro-ondes furent inaugurés à travers le Canada, acheminant ainsi des signaux de télévision sur une distance de 3 900 milles, ce qui en fit le plus vaste réseau de micro-ondes au monde. Radio-Canada lançait ce nouveau service en diffusant l’émission « Mémo à Champlain ». Le réseau reliait les 40 stations de télévision privée du Canada et huit stations détenues par Radio-Canada, offrant la télévision en direct à 80% de la population canadienne se situant entre Victoria, C.-B. et Sydney, 

N.-É. Terre-Neuve serait reliée au réseau en 1959. Radio-Canada en collaboration avec CFRN-TV Edmonton, CKCK-TV Regina, CKLW-TV Windsor et CHSJ-TV Saint John diffusaient une émission de lancement présentant un voyage à travers le pays avec des escales dans 15 villes différentes. Ce réseau était connu sous le nom de « Réseau hertzien transcanadien » ou « Trans-Canada Skyway ».

Slogan publicitaire : CFCM-TV / CKMI-TV – Il faut deux langues pour couvrir un marché bilingue ... offrant aux annonceurs une puissance de vente combinée dans le 5e plus grand marché du Canada – la ville de Québec

1959-60

Jacques Filteau fut nommé directeur des émissions de Télévision de Québec (Canada) Ltée. Il serait responsable de toutes les émissions de CKMI-TV et de CFCM-TV. Il avait déjà été directeur des émissions à CFCM-TV.

1960

Annonce publicitaire : La combinaison de vente gagnante à Québec – CFCM-TV (français) / CKMI-TV (anglais). / Deux gros canons dans un marché d’envergure - CFCM-TV diffusant en français / CKMI-TV diffusant en anglais. La combinaison de vente de Québec.

Manic Breton fut nommé directeur du routage de CFCM / CKMI. Jean A. Pouliot était directeur général, et Gerrard Fortin, ingénieur en chef.

CKMI et CFCM possédaient désormais un magnétoscope Ampex VR-1000B.

Annonce : Progressez sans difficultés pendant toute l’année – dans un marché important. La Télévision de Québec vous permet de faire progresser votre affaire durant toute l’année, en vous offrant 206 000 foyers à un faible coût par millier grâce à une carte de tarifs combinée. En français à CFCM-TV / en anglais à CKMI-TV / La combinaison de vente de Québec.

Jean A. Pouliot, ing., directeur général de Télévision de Québec (Canada) Ltée annonçait les nominations suivantes : Louis Leclerd à titre de gestionnaire de la programmation à CFCM-TV (précédemment directeur de la production) ; J. P. Riopel en tant que directeur de la publicité et des relations publiques pour CFCM-TV et CKMI-TV (il avait travaillé dans le secteur de la télévision dans l’Ouest canadien) ; George Lovett en tant que directeur des émissions de CKMI-TV (il avait été chef annonceur à  CKMI-TV et avait une longue expérience de l’industrie du spectacle. Arthur P. Fitzgibbons occupait le poste de directeur général.

Le Bureau des gouverneurs de la radiodiffusion reportait le lancement de la télévision en couleurs pour l’instant. Les réactions à cette décision furent mitigées. Selon Jean Pouliot de CKMI-TV : « En résumé, je dirais que nous sommes définitivement en faveur de l’introduction de la télévision couleur au Canada dès que le public pourra vraiment en profiter ».

1964

En septembre, CBC / Radio-Canada inaugurait sa propre station, CBVT. Par conséquent, CFCM-TV devenait une station indépendante. Des espaces supplémentaires de 9 000 pieds carrés furent ajoutés au complexe studio-bureau.

1965

CKMI-TV diffusait avec une puissance apparente rayonnée de 13 850 watts vidéo et 6 770 watts audio. CKMI-TV / CFCM-TV disposait de trois studios (25 ‘x 25’, 24 ‘x 36’ et 75 ‘x 50’), de cinq caméras de studio, de trois magnétoscopes, d’un enregistreur kinescope et d’une unité mobile entièrement équipée.

1967

Jean A. Pouliot occupait le poste de directeur général. Jean Lionel Crevier fut nommé directeur de la publicité, des promotions et des relations publiques. Jacques Filteau, adjoint exécutif du directeur général de CFCM-TV / CKMI-TV, quittait Québec en vue de se joindre à l’équipe de CJRC Ottawa.

1968

Famous Players Canadian Corporation demandait au CRTC l’autorisation de vendre sa participation dans CFCM-TV / CKMI-TV (50%) Québec et CKCO-TV-CFCA-FM-CKKW-AM (48%) Kitchener à Famous Communications Ltd., une nouvelle société publique devant être constituée. Une autre entente en voie d’être négociée permettrait à Famous Players d’acquérir une petite participation supplémentaire dans CHAN-TV Vancouver et CHEK-TV Victoria.

1969

Famous Players Canadian Corp. était  une filiale contrôlée par Paramount International Films inc., une entreprise américaine. Comme il existait de nouveaux règlements fédéraux en matière de propriété étrangère d’entreprises au Canada, Famous voulait transférer ses activités de radiodiffusion à une nouvelle société – Teltron Communications Ltd. Le 17 avril, le CRTC refusait cette demande, puisque la propriétaire effective de Teltron demeurerait la même qu’avant. Famous détenait des intérêts dans plusieurs entreprises de radiodiffusion au Canada : Télévision de Québec Ltée., Central Ontario Television Ltd., British Columbia Television Broadcasting System Ltd., et plusieurs entreprises de câblodistribution.

1970

Le 20 juillet, le CRTC renouvelait jusqu’au 31 mars 1971 les licences d’exploitation de CKMI-TV et CFCM-TV détenues par Télévision de Québec (Canada) ltée. Or, comme cette entreprise ne répondait plus aux critères d’admissibilité (50% des actions étaient détenues par Famous Players Canadian Corp. Ltd., une entreprise sous contrôle américain), il s’agissait d’une extension de licence accordant à l’entreprise le temps de se conformer aux règlements sur la propriété étrangère

1971

Le 4 mars, Télévision de Québec (Canada) ltée, propriétaire de CFCM-TV et CKMI-TV, fut autorisée à transférer 3000 actions ordinaires de classe B de Famous Players Canadian Corp. Ltd. à CHRC Ltée (1200 actions), CKCV (Québec) ltée. (1200 actions), Jevlam inc. (600 actions) et de racheter 2250 actions privilégiées de catégorie B de Famous Players Canadian afin de réduire sa participation à 20%, se conformant ainsi aux règlements en matière de propriété étrangère.

Undated

La dénomination sociale de CFCM-TV et CKMI-TV fut changée pour Télé-Capitale ltée.

1975

 Le 15 juillet, Radio Laval inc. fut autorisée à acheter CFCM-TV et CKMI-TV de Télé-Capitale ltée.

1979

Le 7 août, Claude Pratte et l’un ou l’autre des autres principaux actionnaires (ou tous les deux), à savoir Jevlam inc. (J.A. Pouliot) et Baribeau & fils inc. (famille Baribeau), furent autorisés à transférer au moins 50,5% des actions de catégorie B avec droit de vote de Télé-Capitale ltée. (la société mère) à la Corporation de Gestion La Vérendrye. Ce transfert de contrôle indirect comportait deux volets: (A) Entreprises Télé-Capitale ltée. (CKLM, CFCM-TV, CKMI-TV, CFER-TV et de CFER-TV-1); et (B) CHRC Ltée. (CHRC-AM et CHOI-FM). Cette autorisation fut conditionnelle à ce que la Corporation de Gestion La Verendrye fasse une offre publique dans les 21 jours en vue d’acquérir des actions ordinaires de catégorie A sans droit de vote détenues par Télé-Capitale. J. Conrad Lavigne était l’un des nouveaux administrateurs de Télé-Capitale. L’entreprise s’engageait à apporter les améliorations suivantes à CFCM-TV: elle allait investir la somme de 350 000 $ dans de nouvelles caméras et 600 000 $ dans la rénovation de l’émetteur, et accroître la production locale, en lançant cinq nouvelles séries cette saison. De plus, elle augmenterait la production locale à CKMI-TV

1981

Pierre Duhaime, vice-président et directeur général de CFCM-TV et CKMI-TV, fut nommé vice-président et directeur général de la société mère Télé-Capitale Enterprises Ltée. Deux membres du personnel de longue date, Gilles Grégoire et Paul Leclerc, furent également promus à de nouveaux postes, Grégoire devenant vice-président et directeur général de CFCM / CKMI, et Leclerc directeur commercial.

1982

Télé-Capitale ltée. lançait la construction d’un nouveau centre de production pour CFCM-TV et CKMI-TV, au coût de quatre millions de dollars. On prévoyait que la construction de ce bâtiment d’une superficie de 22 000 pieds carrés serait achevée avant la fin de l’année et que le bâtiment deviendrait pleinement opérationnel dès le mois juin, l’année suivante.

1984

Gilles Grégoire fut promu président de Télé-Capitale tout en conservant le poste de chef de l’exploitation.

La Corporation de Gestion La Vérendrye vendait Télé-Capitale ltée. à CHEM-TV inc., une filiale en propriété exclusive de Pathonic Communications inc. CHEM-TV inc. fut ensuite fusionnée avec Télé-Capitale ltée. La société issue de cette fusion serait connue sous le nom de Télé-Capitale inc. (une filiale de Pathonic).

1986

Bob Dawson fut nommé vice-président et directeur général de CFCM-TV. Il avait occupé le même poste à CKMI-TV.

1987

Groupe Vidéotron ltée. faisait l’acquisition de Télé-Métropole inc. de la Succession J.A. DeSève, de la Fondation J.A. DeSève et de Ciné-Monde inc.

1989

Télé-Métropole inc. prenait le contrôle de Réseau Pathonic inc., y compris CFCM-TV. Le Groupe Vidéotron ltée. possédait 99,7% des actions avec droit de vote et 40,8% de toutes les actions en circulation de Télé-Métropole à l’époque.

1990

 Le nom de l’entreprise fut désormais Groupe TVA inc.

1992

Le 13 août, Télé-Métropole inc. recevait l’approbation d’acquérir 75% du Réseau de télévision TVA inc. de Radio Nord inc., Télé-Inter rives ltée. et Télévision de la Baie des Chaleurs inc. (chacune desquelles détenait 25% des parts). C’est ainsi que Télé-Métropole a acquis 100% du réseau.

La dénomination sociale de l’entreprise fut changée pour TM Multi-Régions inc.

1994

Télé-Métropole inc. faisait l’acquisition de CFCM-TV (et d’autres stations) de sa filiale, TM Multi-Régions inc.

1995

Le 23 janvier, le CRTC approuvait la demande de modification de la licence de CFCM-TV en ajoutant à la licence la condition de licence suivante: en plus des 12 minutes de matériel publicitaire visées au paragraphe 11 (1) du Règlement sur la télédiffusion, 1987, la titulaire ne pouvait diffuser plus de 12 minutes de matériel publicitaire par heure d’horloge dans une journée de radiodiffusion, afin de diffuser des infopublicités définies dans l’avis public CRTC 1994-139, et ce, conformément aux critères énoncés dans cet avis public, tel que modifié.

CanWest Global et Télé-Métropole concluaient une entente selon laquelle une coentreprise revitaliserait CKMI-TV. La station changerait d’affiliation de réseau (de CBC à Global). Au coût de 10 millions de dollars, cette coentreprise ajouterait des réémetteurs à Montréal et à Sherbrooke et pourrait créer plus de 60 emplois.

1997

Le 27 février, la Société en commandite TVA CanWest Ltée (TVA Régional inc. et Global Communications Ltd.) fut autorisée à acheter CKMI-TV auprès de Télé-Métropole inc. (TVA régionale inc.). La titulaire projetait de revitaliser la station, la désaffiliant du réseau de Radio-Canada et l’intégrant au réseau de Global. Des émetteurs seraient ajoutés à Montréal et à Sherbrooke pour élargir la zone de couverture. Le système CanWest Global atteindrait désormais plus de 78% de la population canadienne.

Le 5 septembre, le CRTC autorisait CKMI-TV Québec à se déplacer du canal 5 au canal 67B, en augmentant la puissance apparente rayonnée de 13 850 watts à 20 200, et CKMI-TV Montréal à se déplacer du canal 67B au canal 46B, en diminuant la puissance apparente rayonnée de 4 980 watts à 4 850 watts.

Le 14 septembre, CKMI se désaffiliait du réseau de la SRC et se joignait au réseau Global Television Network. À cette occasion, CKMI se déplaçait du canal 5 au canal 20. Radio-Canada utiliserait le canal 5 pour sa nouvelle station CBVE-TV Québec (le réémetteur de CBMT Montréal). CKMI ajoutait un émetteur à Montréal également, au canal 46.

Global a recrutait Benoît Aubin, journaliste travaillant pour TVA, en vue de diriger sa salle de nouvelles du Québec.

CKMI-TV opérait à partir des installations de Télé-Métropole, qui demeurait un actionnaire minoritaire de la station.

1998

CKMI-TV-1 Montréal fut autorisée à augmenter la puissance apparente rayonnée de 4 850 à 33 000 watts.

1999

Patrick O’Hara fut promu directeur général de Global Television Québec, succédant ainsi à Suzanne Lapalme qui fut nommée directrice générale de Canvideo Television Sales (Montréal)

2000

Patrick O’Hara, directeur général des ventes de Global Québec (CKMI-TV), fut nommé directeur général de CHCH-TV Hamilton. Maureen Rogers, ancienne directrice commerciale de Global Québec, fut nommée directrice générale

2001

Leslie Roberts, directeur du service des nouvelles de Global Québec et chef d’antenne, fut transféré à Global Toronto.

2002

Le 30 août, Global Television Network Inc. fut autorisée à acquérir la participation de 49% détenue par l’associé commanditaire, TVA Régional inc., dans la Société en commandite Global Television Network Québec. Global détenait ainsi 100% de CKMI-TV.


2005

Le 1er septembre, Global Television Network Inc., Global Communications Limited, CanWest Media Inc. et certaines autres sociétés détenues par CanWest fusionnaient sous le nom de CanWest MediaWorks Inc.

2006

Le 1er mai, CanWest MediaWorks Inc. (l’associée commanditée) et GTNQ Holdings Inc. (l’associée commanditaire), faisant affaire sous le nom de Global Television Network Québec, fut autorisée à acquérir CKMI-TV des partenaires actuels, Global Communications Limited et Global Television Network Inc., dans le cadre d’une réorganisation intragroupe. La réorganisation n’entraînerait aucun changement dans le contrôle ultime de CKMI-TV, lequel continuerait d’être exercé par David A. Asper, Gail S. Asper et Leonard J. Asper, enfants de feu Israel Asper, tel qu’approuvé dans la lettre administrative du 27 octobre 2005, en leur qualité d’administrateurs de CanWest Global Communications Corp. et conformément à leur pouvoir d’élire la majorité du conseil d’administration.


2009

Le 15 mai, le CRTC annonçait qu’il renouvelait les licences pour une durée d’une année à compter du 1er septembre 2009, de toutes les stations en direct détenues par CanWest incluant CKMI-TV, « ... afin de donner une certaine flexibilité aux radiodiffuseurs pendant la période actuelle d’incertitude économique ». Les renouvellements de licences par groupe seraient alors abordés au printemps 2010. Le Conseil déclarait en outre qu’il reconnaissait l’impossibilité d’imposer des conditions relatives aux ratios de 1 à 1 entre la programmation canadienne et non canadienne au cours de l’année suivante, compte tenu des engagements de programmation déjà en place.

Le Conseil continuerait toutefois à explorer diverses mesures de réglementation « ... en vue de s’assurer que les télédiffuseurs de langue anglaise consacrent une part appropriée de leurs dépenses à la programmation canadienne ».

Le 6 juillet, le CRTC annonçait des renouvellements de licence d’un an, du 1er septembre 2009 au 31 août 2010, pour toutes les entreprises de programmation de télévision traditionnelle privées exploitées par Canwest Television Limited Partnership, incluant CKMI-TV Québec, sous réserve de certaines conditions précises concernant certains marchés. La décision comprenait des exigences relatives à un minimum de 14 heures de programmation locale par semaine de radiodiffusion dans certains marchés importants désignés et à sept heures de programmation locale par semaine dans certains marchés désignés comme « non métropolitains ».

Le Conseil approuvait également une demande visant à ce que CKMI-TV soit désignée comme la station source pour le service régional de Global. Cela permettrait à la publicité locale d’être diffusée sur ce marché.

Le 6 juillet également, le CRTC sollicitait des commentaires et des propositions écrits, lors d’une audience prévue pour le 29 septembre 2009, sur «... les modalités et les conditions d’octroi de licences par groupe qui fourniraient les critères nécessaires pour examiner les futures demandes de renouvellements de licence de groupe de sept ans: le soutien aux revenus des radiodiffuseurs conventionnels et les modèles de transition possibles ».

Le résultat de cette audience devait être l’élaboration de lignes directrices que le Conseil devrait prendre en considération lors de la tenue d’une audience sur les renouvellements de sept ans des licences de stations conventionnelles au printemps 2010.

2010

Le 20 octobre, le CRTC approuvait la demande présentée par Canwest Television GP Inc. (l’associée commanditée) et Canwest Media Inc. (l’associée commanditaire), faisant affaires sous le nom de Canwest Television Limited Partnership, en vue de modifier la licence de CKMI-TV-1 Montréal, en ajoutant un émetteur numérique post-transitoire (CKMI-DT-1) afin de desservir la population de Montréal. Le nouvel émetteur serait exploité au canal 15 avec une puissance apparente rayonnée moyenne de 8 000 watts (PAR maximale de 8 000 watts avec une hauteur effective d’antenne au-dessus du sol moyen de 298 mètres). Le Conseil notait que CKMI-DT-1 exploiterait un canal différent de celui prévu dans le Plan d’allotissement post-transition pour la TVN du ministère de l’Industrie.

Le 22 octobre, le CRTC approuvait la demande déposée par Shaw Communications inc. (Shaw), au nom de Canwest Global Communications Corp. (Canwest Global), visant à obtenir l’autorisation de modifier le contrôle effectif des filiales de radiodiffusion autorisées de Canwest Global qui serait dorénavant exercé par Shaw.  Cette modification serait effectuée par l’intermédiaire de sa filiale à part entière connue sous le nom de 7316712 Canada Inc. À la clôture de la transaction proposée, Shaw deviendrait l’unique propriétaire de Canwest Réorganisée et de CWI par le biais de sa filiale à part entière 7316712 Canada et détiendrait le contrôle de toutes les entreprises de radiodiffusion actuellement contrôlées par Canwest Global. Shaw fixait à 2,005 milliards de dollars la valeur totale de l’acquisition de la totalité de l’actif de radiodiffusion contrôlé par Canwest Global et proposé au départ un bloc d’avantages tangibles de 23 millions de dollars.

Des événements ayant mené à cette décision du 22 octobre : Le 6 octobre 2009, Canwest Global ainsi que sa filiale opérationnelle Canwest Media Inc. (CMI) et d’autres filiales se sont placées sous la protection de  la Loi sur les arrangements avec les créanciers des compagnies, L.R.C. 1985, c. C-36 (LACC), compte tenu des modifications successives. Au début de novembre 2009, Canwest Global avait lancé avec l’aide de RBC Marchés des Capitaux un processus de demandes de participation pour trouver d’éventuels nouveaux investisseurs canadiens. Le 19 février 2010, à la suite de négociations menées dans des conditions normales de concurrence entre Shaw, Canwest Global et un comité spécial (composé des détenteurs de plus de 70 % des 8 % d’effets subordonnés de premier rang émis par Canwest Investments Co. (CWI) payables en 2012), le conseil d’administration de Canwest Global avait approuvé l’offre de Shaw. Le 31 mars 2010, Shaw avait soumis au Conseil une demande visant à acquérir le contrôle effectif des entreprises de télévision traditionnelle et spécialisée indirectement détenues par Canwest Global. En vertu de cette offre initiale, Shaw devait souscrire des actions avec droit de vote de catégorie A représentant une participation de 20 % et à 80 % des intérêts avec droit de vote dans une Canwest « Réorganisée », pour un total d’au moins 95 millions de dollars. Le 3 mai 2010, Shaw avait acquis des filiales de Goldman Sachs & Co. (les filiales de Goldman Sachs) 29,9 % des actions avec droit de vote et 49,9 % des actions ordinaires sans droit de vote du capital-actions de CWI. Le Conseil notait que Shaw, conformément au Règlement de 1990 sur les services spécialisés, avait l’obligation de l’aviser de cette transaction. Le 4 mai 2010, Shaw avait avisé le Conseil que, conformément à une modification à la demande du 31 mars 2010, sa participation indirecte serait de 100 % dans Canwest Réorganisée. Shaw avait précisé qu’elle achèterait d’une part les actions de CWI indirectement détenues par Canwest Global, et d’autre part, sous forme d’option, le reste des actions du capital de CWI détenues par les filiales de Goldman Sachs dès que le Conseil aurait approuvé sa demande. Le 18 mai 2010, Canwest Global avait déposé une demande (2010-0854-0) visant à obtenir l’autorisation d’effectuer une réorganisation intrasociété en plusieurs étapes pour restructurer, tel qu’envisagé dans le document Plan of Compromise, Arrangement and Reorganization (le Plan), les filiales de radiodiffusion autorisées de Canwest en vertu de la LACC, avec pour corollaire l’attribution de nouvelles licences de radiodiffusion. Le 28 juillet 2010, à la fin des procédures associées à la LACC, la Cour supérieure de justice de l’Ontario avait rendu une ordonnance approuvant le Plan.

Le 27 octobre, Shaw Communications annonçait qu’elle avait atteint la dernière étape de son acquisition des activités de télévision de Canwest. Il y aurait un changement graduel de l’image de marque à Shaw Media, l’entreprise supprimant graduellement le nom de Canwest. Shaw fermerait également le siège social de Canwest à Winnipeg. Shaw annonçait qu’une nouvelle équipe de gestion serait mise en place pour gérer la division de radiodiffusion. Elle serait dirigée par Paul Robertson, qui avait auparavant occupé le poste de président de la division de télévision de Corus Entertainment, contrôlée par Shaw. Robertson avait supervisé l’acquisition des actifs de Canwest.

Le CRTC approuvait une modification à la licence de CKMI-TV Québec afin d’ajouter un émetteur numérique post-transitoire. CKMI-DT serait exploité au canal 20 (directionnel) avec une puissance apparente rayonnée moyenne de 4 000 watts (PAR maximale de 18 000 watts), avec une hauteur d’antenne effective au-dessus du sol moyen de 446,3 mètres. La tour CBC existante serait utilisée et la programmation serait reçue par micro-ondes. Le Conseil approuvait également une modification à la licence de CKMI-TV-2 Sherbrooke visant à ajouter un émetteur numérique post-transitoire. CKMI-DT-2 serait exploité au canal 11 avec une puissance apparente rayonnée moyenne de 500 watts (PAR maximale de 1 000 watts) avec une antenne directionnelle. La hauteur effective de l’antenne au-dessus du sol moyen serait de 611,7 mètres et la tour existante de Télé-Québec serait utilisée. La programmation serait reçue par fibre optique.

Le producteur exécutif de BNN, Mike Omelus, se joignait à Global News en tant que directeur régional de l’Est. Il superviserait toutes les équipes éditoriales et de production des salles de nouvelles de Global Maritimes, de Global Montréal et de Global Winnipeg.

2012

Changements chez les cadres supérieurs de Global News : Kenton Boston, directeur principal, nouvelles nationales et directeur général de la station de Global à Vancouver, fut promu au poste de vice-président aux nouvelles pour la Colombie-Britannique et nationales ; Mike Omelus, directeur régional de l’Est responsable de Global dans les Maritimes, de Global Montréal et de Global Winnipeg, fut promu au poste de directeur principal, pour le sud de l’Alberta ; Tim Spelliscy, directeur régional, nouvelles pour l’Alberta et directeur général de la station de Global à Edmonton, fut promu directeur principal, pour la région d’Edmonton et des Prairies ; et Ward Smith, directeur du service des nouvelles / directeur de la station général de Global à Toronto, fut promu au poste de directeur principal, Région de l’Est. Boston continuait d’assumer la responsabilité de toutes les opérations de nouvelles nationales et étrangères, y compris le bureau d’Ottawa et l’édifice de l’Ouest (du Parlement fédéral), ainsi que toutes les opérations d’information en C.-B., y compris CHBC / Global Okanagan ; Omelus déménageait à Calgary et fut chargé de toutes les opérations de Global News à Calgary et à Lethbridge, tout en travaillant avec Shaw sur les stratégies d’engagement communautaire et en développant des modèles pour fournir des nouvelles de Global à de nouveaux marchés ; Spelliscy continuait de superviser les opérations du centre de production d’Edmonton et fut chargé de nouvelles responsabilités pour Global Saskatoon, Global Regina et Global Winnipeg ; Smith demeurait responsable de Global Toronto, de Global Montréal et de Global Maritimes, ainsi que du « Network Resource Centre » (Centre de ressources du réseau) à Toronto. Jeff Bollenbach, directeur général de la station / directeur du service des nouvelles de Global Calgary, déménageait à Vancouver et relevait de Boston. Il travaillerait à la préparation de la nouvelle chaîne d’information régionale de la Colombie-Britannique (BC-1), dont l’entrée en ondes devrait avoir lieu le 1er mars.

Global Montréal recrutait les premiers employés pour sa nouvelle émission matinale. Robert Ostiguy, ancien producteur de promotions de CBC dans les années 1990 et et ancien pigiste, fut nommé producteur principal. Jim Connell, anciennement de 940 News, CJAD et CKO (toutes les trois des stations montréalaises) fut nommé directeur du studio.

2013

Global recrutait Camille Ross, journaliste de CTV Montréal, en vue de présenter la nouvelle émission matinale de Montréal qui serait lancée au printemps.

Global Montréal inaugurait un journal télévisé matinal le 28 janvier. Appelée « Morning News », cette émission fut diffusée en semaine de 06h00 à 09h00.

2016


Le 23 mars, le CRTC approuvait une demande présentée par Shaw Communications inc., au nom de Shaw Media inc. et ses filiales autorisées, afin d’obtenir l’autorisation d’effectuer une réorganisation intrasociété à étapes multiples, par le transfert de toutes les actions de Shaw Communications inc. dans Shaw Media à Corus Entertainment Inc. ou à l’une de ses filiales. Depuis la création de Corus en 1999, le Conseil considérait que le contrôle effectif de Shaw Communications et de Corus était exercé par la même personne, soit J. R. Shaw. La réorganisation proposée ne changerait pas qui exercerait le contrôle effectif de ces entreprises et leurs services. On s’attendait à ce que la transaction soit conclue le 1er avril. Au début d’avril, Corus Entertainment complétait son acquisition de Shaw Media, au coût de 2,65 milliards de dollars. Corus comptait maintenant 45 services de télévision spécialisés, 15 chaînes de télévision conventionnelles, 39 stations de radio, une entreprise de contenu mondial et un portefeuille d’actifs numériques.

2017

Alain Marcil, ingénieur en chef de Global Montréal, prenait sa retraite à l’automne. Il avait commencé sa carrière 44 ans auparavant chez TVA, puis avait travaillé à l’extérieur de la radiodiffusion avant de se joindre à Global en 2006.

The story continues elsewhere...
Effective September 1st 2019, we will only be adding new material to these station histories in exceptional circumstances. Our intent to chronicle the early days of these radio and television stations has been achieved, and many new sources and technologies, from the
CRTC website to Wikipedia, and others, are now regularly providing new information in these areas.
CTA Donation - FR

Nous dépendons des subventions et des dons de l’industrie

Voyez nos commanditaires