CJPM-DT

CJPM-DT, TVA, Chicoutimi

Groupe TVA Inc.

StationAnnéeChannelNetwork AffiliateProp./Info
CJPM-DT
2011
6.1 (46)
TVA
Groupe TVA Inc.
CJPM-TV
1996
6
TVA
Groupe TVA Inc.
CJPM-TV
1963
6
TVA
CJPM-TV Inc.
1963

CJPM-TV canal 6 est entrée en ondes le 14 avril. La station appartenait à CJPM-TV inc.

 

 

 

1966

 

À cette époque, CJPM-TV avait une PAR de 61 000 watts vidéo et de 36 500 watts audio.

 

1969

 

Paul J. Audette occupait le rôle de directeur général.Paul J. Audette was general manager. 

 

1971

 

Le 12 septembre marquait l’entrée en ondes du réseau TVA, reliant CFTM Montréal, CFCM-TV Québec et CJPM-TV Chicoutimi.

 

 

1974

 

 

CJPM-TV fut autorisé à ajouter un émetteur à Chambord au canal 10 avec une puissance effective vidéo rayonnée de 13 000 watts, directionnelle.

 

 

1976

 

CJPM-TV-1 Chambord est entrée en ondes.

 

1981

 

Roger Hudon était nommé président. Il avait été associé à CJPM-TV depuis l’entrée en ondes de cette dernière, en 1963.

Roger Jobin fut nommé directeur général adjoint. Il travaillait déjà pour CJPM-TV depuis neuf ans.

1982

 

Le 9 août, CJPM-TV inc. fut autorisée à transférer le contrôle effectif de l’entreprise par la cession de 50% des actions de Paul Murdock inc. à Télé-Métropole inc. 99,5% de cette dernière société était contrôlée par la succession J.A. DeSève. À la suite de ce transfert, Télé-Métropole détiendrait la totalité des actions de CJPM-TV inc.

 

1985

 

À cette époque, CJPM exploitait le réémetteur CJPM-TV-1 Chambord.

L’entreprise s’appelait le Réseau de télévision TVA inc. Cette société détenait CJPM TV inc.

Power Corp. annonçait son intention d’acheter 99,6% des actions avec droit de vote de catégorie A et 38% des actions de catégorie B de Télé-Métropole. T-M était propriétaire de CFTM-TV Montréal, CJPM-TV Chicoutimi, et avait un intérêt de 33,5% dans Pathonic Communications inc. (CHLT-TV Sherbrooke et CHEM-TV Trois-Rivières). Les quatre stations faisaient partie du réseau TVA dont CFTM-TV constituait la tête - CFTM était la station de télévision francophone la plus importante et la plus rentable du Canada et un important centre de production. Au moment de présenter sa demande au CRTC, Power Corp. faisait face à deux enjeux publics de taille, ceux de la concentration et de la propriété mixte des médias.

1986

 

 

Power Corporation échouait dans sa tentative d’acquérir Télé-Métropole. L’audience devant le CRTC fut dominée par les enjeux de la concentration et de la propriété mixte des médias. Selon le CRTC, Power Corp. n’avait pas démontré que son acquisition projetée de Télé-Métropole servait l’intérêt public.

Le Groupe Vidéotron ltée annonçait son intention d’acquérir Télé-Métropole.

1987

 

Le 27 janvier, le CRTC approuvait les demandes visant l’autorisation de transférer le contrôle effectif de Télé-Métropole inc., de la succession J.A. DeSève, de la Fondation J.A. DeSève et de Ciné-Monde inc. au Groupe Vidéotron ltée. La demande de Vidéotron comprenait un investissement substantiel dans la programmation et la rénovation des installations existantes de T-M. En approuvant la demande, le CRTC disait que le dynamisme de Vidéotron, combinée à l’expertise de la plus grande station de télévision de langue française privée du Canada, permettrait d’assurer la continuité tout en ouvrant de nouveaux horizons pour les productions canadiennes de langue française.

 

1992

 

Le 13 août, TM Multi-Régions inc. fut autorisée à acquérir CJPM-TV et CJPM-TV-1 de CJPM TV inc. Cette transaction n’entraînerait aucun changement de contrôle, puisque les deux sociétés concernées étaient des filiales en propriété exclusive de Télé-Métropole inc.

À la même date, Télé-Métropole inc. recevait l’autorisation d’acquérir les 75% du Réseau de télévision TVA inc. appartenant à l’époque à Radio Nord inc. (25%), Télé-Inter Rives ltée. (25%) et Télévision de la Baie des Chaleurs inc. (25%). Cette acquisition permettait à Télé-Métropole de contrôler 100% du réseau.

 

1994

 

Le 29 juillet, Télé-Métropole inc. fut autorisée à acquérir CJPM-TV et CJPM-TV-1 et plusieurs autres stations de TM Multi-Régions inc., une filiale en propriété exclusive de Télé-Métropole inc.

 

1995

 

Le 23 janvier, le CRTC approuvait la demande de modification de la licence de CFTM-TV en ajoutant à la licence la condition suivante: en plus des 12 minutes de matériel publicitaire visées au paragraphe 11 (1) du Règlement sur la télédiffusion, 1987, la titulaire ne pouvait diffuser plus de 12 minutes de matériel publicitaire par heure d’horloge dans une journée de radiodiffusion, afin de diffuser des infopublicités définies dans l’avis public CRTC 1994-139 et ce, conformément aux critères énoncés dans cet avis public, tel que modifié .

 

 

1996

 

À cette époque, l’entreprise s’appelait le Groupe TVA inc.

 

2001

 

Quebecor inc., filiale de Quebecor Média inc., faisait l’acquisition du Groupe Vidéotron ltée. Comme Quebecor serait propriétaire de deux réseaux - TVA et TQS - la société fut obligée de se départir de TQS inc. Plus tard dans l’année, TQS fut vendue à Cogeco Radio Télévision inc. et Bell Globemedia inc.

Le 17 décembre, le CRTC approuvait la demande de réorganisation déposée au nom du Groupe TVA inc. Celle-ci visait à obtenir l’autorisation d’effectuer une réorganisation intrasociétés ayant comme effet de transférer le contrôle effectif de la société titulaire Groupe TVA inc. à la société Le Groupe Vidéotron ltée. Cette réorganisation s’effectuerait par les transactions suivantes: la liquidation de 9076-1859 Québec inc. (société mère de 9076-1883 Québec inc.), dans Le Groupe Vidéotron ltée; et la liquidation de 9076-1883 Québec inc., actionnaire principal du Groupe TVA inc., dans Le Groupe Vidéotron ltée. Quebecor Média inc. continuerait à détenir le contrôle ultime du Groupe TVA inc.

2008

 

Le 26 juin, le CRTC approuvait la demande en vue de modifier le contrôle effectif de TQS inc. (TQS), titulaire des entreprises de programmation de télévision CFJP-TV Montréal, CFJP-DT Montréal, CFAP-TV Québec, CFKM-TV Trois-Rivières, CFKS-TV Sherbrooke et CFRS-TV Saguenay et du réseau TQS, par le transfert de toutes les actions émises et en circulation de 3947424 Canada inc., la société mère de TQS, détenues à cette époque par Cogeco Radio-Télévision inc. (60 %) et CTV Television inc. (40 %) à Remstar Diffusion inc., une société détenue et contrôlée par Julien et Maxime Rémillard.

 

2009

 

Le 15 mai, au terme de l’audience ayant débuté le 27 avril, le CRTC annonçait le renouvellement de la licence des stations du Groupe TVA, ainsi que de CJPM-TV Chicoutimi, pour une durée de deux années, à compter du 1er septembre 2009. Ce renouvellement de courte durée « donnerait à ces diffuseurs une certaine flexibilité au cours de la période actuelle d’incertitude économique ».

 

2010

Le CRTC approuvait la modification de l’actionnariat de Quebecor Media inc. par le transfert des actions dans QMI détenues par Capital d’Amérique CDPQ inc. à CDP Capital d’Amérique Investissement inc., une autre filiale de la CDPQ. Cette transaction n’affectait pas le contrôle effectif de QMI et de ses filiales titulaires de permis. Par l’entremise du Groupe TVA inc. et Vidéotron ltée, QMI possédait des entreprises de distribution de télédiffusion, des entreprises de programmation télévisuelle, une entreprise de télévision à la carte, des services spécialisés et une entreprise de vidéo sur demande.

2011

 

Le 8 avril, le CRTC approuvait la demande présentée par le Groupe TVA inc. visant à modifier la licence de CJPM-TV Saguenay afin d’ajouter un émetteur numérique post-transition pour desservir la population de Saguenay (arrondissement Chicoutimi). Le nouvel émetteur numérique post-transition, CJPM-DT, serait exploité au canal 46 avec une puissance apparente rayonnée moyenne de 89 300 watts (PAR maximale de 200 000 watts avec une hauteur effective d’antenne au-dessus du sol moyen de 107,4 mètres).

Le 12 juillet, le CRTC renouvelait administrativement les licences de CJPM-DT et de son émetteur jusqu’au 31 août 2012.

La date limite pour les stations dans les marchés obligatoires pour la conversion de l’analogique au numérique était fixée au 31 août. CJPM-DT est entrée en ondes le 29 août à partir d’une antenne temporaire au mont Sainte-Claire et à puissance réduite jusqu’au 31 octobre. CJPM-TV, exploitée au canal analogue 6, fut supprimée et remplacée par le canal numérique 46 (virtuel 6.1).

 

2012

 

Le 26 avril, le CRTC renouvelait les licences de radiodiffusion du réseau national de télévision de langue française TVA ainsi que des stations de télévision traditionnelles affiliées à ce réseau, jusqu’au 31 août 2015. Dans sa demande, QMI avait proposé de maintenir le niveau actuel de cinq heures par semaine de programmation locale diffusées par CHEM-DT Trois-Rivières, CFER-DT Rimouski, CHLT-DT Sherbrooke et CJPM Saguenay, ainsi que par leurs émetteurs respectifs. En outre, QMI a déclaré que la titulaire avait l’intention de maintenir le niveau de diffusion actuel de 18 heures de programmation locale par semaine chez CFCM-DT Québec, tout en demandant une plus grande flexibilité afin de pouvoir diffuser des émissions produites localement par CFCM-DT sur le réseau. À cette fin, QMI avait proposé de supprimer l’exigence voulant que neuf heures de programmation locale diffusées par CFCM-DT se concentrent exclusivement sur le marché local de Québec. Le Conseil estimait que la proposition faite par QMI de diffuser au moins cinq heures et 30 minutes de nouvelles locales, y compris les deux bulletins de nouvelles au cours du week-end, était louable et contribuerait de manière significative à bien refléter le marché de Québec. Pour faire face aux préoccupations exprimées par les intervenants de cette ville au sujet de la perte de contenus locaux dans la programmation et les nouvelles diffusées par CFCM-DT, le Conseil continuerait à exiger que, des 18 heures de programmation locale par semaine de radiodiffusion, neuf heures se concentrent spécifiquement sur la région de Québec, avec cinq heures et 30 minutes de bulletins de nouvelles locales. Toutefois, le Conseil ne jugeait pas nécessaire d’exiger que les trois heures et 30 minutes restantes soient diffusées en exclusivité sur le marché local de Québec, estimant par ailleurs qu’elles pouvaient être diffusées sur le réseau TVA. En outre, si les bulletins de nouvelles étaient rediffusés intégralement, le Conseil a exigé que la titulaire ne compte pas ces rediffusions dans le calcul du nombre d’heures de diffusion fixées dans les conditions de licence pour chaque station.

 

 

 

The story continues elsewhere...
Effective September 1st 2019, we will only be adding new material to these station histories in exceptional circumstances. Our intent to chronicle the early days of these radio and television stations has been achieved, and many new sources and technologies, from the
CRTC website to Wikipedia, and others, are now regularly providing new information in these areas.
CTA Donation - FR

Nous dépendons des subventions et des dons de l’industrie

Voyez nos commanditaires