CHAU-DT

CHAU-DT, TVA, Carleton

Tele

StationAnnéeChannelNetwork AffiliateProp./Info
CHAU-DT
2011
5.1 (5)
TVA
Tele Inter-Rives Ltée
CHAU-TV
2001
5
TVA
Tele Inter-Rives Ltée
CHAU-TV
2000
5
TVA
Corus Entertainment
CHAU-TV
1986
5
TVA
Power Corporation
CHAU-TV
1983
5
TVA
Tele de la Baie des Chaleurs
CHAU-TV
1968
5
SRC
Tele de la Baie des Chaleurs
CHAU-TV
1959
5
SRC
Tele de la Baie des Chaleurs
1958

La Télévision de la Baie-des-Chaleurs recevait l’autorisation d’exploiter une station de télévision à Carelton sur le canal 5 avec une puissance apparente rayonnée de 52 000 watts vidéo et 27 000 watts audio. Essentiellement une station de langue française, elle desservirait la Gaspésie Sud et le nord du Nouveau-Brunswick. La Télévision de la Baie-des-Chaleurs était détenue par le Dr Charles H. Houde, propriétaire de CHNC-AM New Carlisle (QC) et CKNB-AM Campbellton (N-B).

La SRC prévoyait d’étendre le service de réseau hertzien de langue française à la nouvelle station de télévision qui devait être inaugurée à Carleton l’automne suivant. La nouvelle station privée diffuserait serait d’environ 65% d’émissions en français et 35% en anglais.



1959

Le 17 octobre, CHAU-TV canal 5 entrait en ondes. La station était affiliée à Radio-Canada.

 

1960

Le 24 mars, CHAU-TV fut branché sur le réseau de micro-ondes de Radio-Canada.

Publicité: Bien oui, mon vieux! CHAU-TV est là pour vendre votre produit en français en exclusivité dans le marché fermé de la télévision française de la région de la Baie-des-Chaleurs! ... De plus, vous obtiendrez un grand bonus – celui d’atteindre le public à Rivière-au-Renard, Gaspé, Percé, et Grande-Rivière dès l’entrée en ondes du satellite de CHAU-TV sur le canal 5, au sommet du Mont-Blanc, Québec, situé immédiatement derrière Percé, avec une puissance rayonnée de 401 watts vidéo et de 200 watts audio, à une altitude moyenne de 1 126 pieds. CHAU-TV canal 5.

La Télévision de la Baie-des-Chaleurs inc. recevait l’autorisation d’exploiter une nouvelle station de télévision à Carleton sur le canal 12 avec une PAR de 23 500 watts vidéo et 11 800 watts audio – directionnelle – et une hauteur effective de l’antenne au-dessus du sol moyen de 1 673 pieds. L’entreprise était détenue par le Dr Charles H. Houde, propriétaire de CHNC-AM New Carlisle (QC), CKNB-AM Campbellton (N-B) et la station bilingue CHAU-TV New Carlisle (QC). Leo Hachey était président de l’entreprise. L’année précédente, la Télévision de la Baie des Chaleurs inc. avait demandé sans succès une deuxième licence en vue de diffuser des émissions uniquement en anglais et d’utiliser les installations existantes pour une programmation uniquement française. Elle renouvelait cette offre, selon les mêmes termes, en 1960. La requérante demandait l’autorisation de desservir la région de la Baie-des-Chaleurs à la frontière du Québec et du Nouveau-Brunswick. La région de Campbellton-Dalhousie le long du côté sud de la baie ainsi que certaines régions de la Gaspésie au Québec étaient déjà en mesure de capter les émissions mixtes (65 % en langue française et 35% en anglais) du service de télévision de CHAU-TV. CHSJ-TV Saint-Jean (N-B) et CKCW-TV Moncton faisaient des demandes pour desservir cette même région. Selon le président de CHAU, ces deux demandes présentées par ces stations de langue anglaise mettraient en péril le service bilingue existant de CHAU dans la région. Il proposait donc de transformer le poste existant en station diffusant entièrement en français, et d’utiliser l’émetteur situé au sommet du mont Saint-Joseph à Carleton pour desservir la région sur le canal 12 avec une programmation entièrement en anglais.

Le Bureau des gouverneurs de la radiodiffusion approuvait approuvé la demande de CHAU-TV d’un émetteur par satellite au Mont Blanc.

 

1965

CHAU-TV New Carlisle avait une puissance apparente rayonnée de 52 500 watts vidéo et de 26 250 watts audio. De plus, elle exploitait des réémetteurs aux endroits suivants: Sainte-Marguerite-Marie (canal 2), Saint-Quentin (10), Port-Daniel (10), Chandler (7), Percé (2), Gaspé (10), et Rivière-au-Renard (7).

CHAU-TV recevait l’autorisation d’ajouter un émetteur par satellite à L’Anse-à-Valleau.

1968

CHAU commençait à diffuser une programmation exclusivement de langue française.

 

1972

En septembre, CHAU-TV fut autorisée à diffuser simultanément la totalité de la programmation locale offerte par CBAFT-TV Moncton.

 

1973

À cette époque, CHAU-TV avait les réémetteurs suivants: CHAU-TV-1 Sainte-Marguerite-Marie, CHAU-TV-2 Saint-Quentin (N.-B.), CHAU-TV-3 Port-Daniel, CHAU-TV-4 Chandler, Chau- TV-5 Percé, CHAU-TV-6 Gaspé, CHAU-TV-7 Rivière-au-Renard, CHAU-TV-8 Cloridorme et CHAU-TV-9 L’Anse-à-Valleau.

 

1974

Les changements de réémetteur suivants furent approuvés: CHAU-TV-5 Percé (la PAR fut augmentée de 465 watts vidéo et 233 watts audio à 9620 watts vidéo et 962 watts audio), CHAU-TV-8 Cloridorme (elle fut transférée du canal 6 au canal 5, sa puissance demeurant inchangée à 5 watts), CHAU-TV-7 Rivière-au-Renard (la PAR fut augmentée de 97.5watts vidéo et 48,8 watts audio - omnidirectionnelle à 205 watts et 20,5 watts vidéo audio - directionnelle) et CHAU-TV-2 Saint-Quentin (elle fut transférée du canal 10 au canal 9, sa puissance demeurant inchangée à 5 watts). Les réémetteurs suivants furent approuvés: Murdochville (canal 5, 5 watts, directionnelle), Kedgwick, au Nouveau-Brunswick (canal 2, 5 watts, directionnelle) et St-Martin-de-Restigouche, Nouveau-Brunswick (canal 9, 5 watts, directionnelle). Ces trois réémetteurs recevraient la programmation directement de CHAU-TV Carleton.

 

1975

CHAU-TV-1 Sainte-Marguerite-Marie fut autorisée à augmenter la puissance apparente rayonnée de son signal vidéo de 219 watts à 4730 watts.

 

 

1976

CHAU-TV-6 Gaspé recevait l’autorisation de se déplacer du canal 10 au canal 13 et d’augmenter sa puissance de 5 watts à une PAR de 157 watts. À la place de son antenne omnidirectionnelle, CHAU-TV-4 Chandler utiliserait une antenne directionnelle.

 

1978

CHAU-TV dotait ses studios d’une capacité de production en couleurs. Elle fut une des dernières stations au Canada à le faire. La station avait offert des programmes en couleurs provenant d’autres sources. Elle était maintenant en mesure de produire des émissions locales en couleurs et en direct.

 

1979

Suite à des audiences publiques, le CRTC annonçait qu’il était temps pour Radio-Canada et CHAU-TV d’initier une amélioration des services de télévision de langue française au nord du Nouveau-Brunswick et en Gaspésie. Selon l’objectif énoncé par le CRTC, Radio-Canada fournirait un service complet au nord du Nouveau-Brunswick (à partir de Moncton) et en Gaspésie (à partir de Matane) alors que CHAU, maintenant affiliée à la SRC, étendrait le service de TVA à ces deux régions. Tous ces services télévisuels devaient être transmis sur les canaux VHF. La SRC proposait de déplacer son émetteur sur le canal 3 à Neguac à Allardville et d’augmenter sa puissance de sorte que l’émetteur desserve la Gaspésie et Bathurst, Nouveau-Brunswick. Des réémetteurs supplémentaires seraient requis à Campbellton et Dalhousie. Le CRTC a approuvé l’augmentation de puissance à la condition que la SRC présente des demandes d’ici à janvier 1980 pour compléter le service dans la région, et que la SRC coordonne ses efforts avec CHAU-TV afin de planifier une utilisation optimale des canaux VHF.

 

1982

Le 13 mai, CHAU-TV recevait l’autorisation de changer de réseau de télévision … de Radio-Canada à TVA. Le canal 5 recevait également l’autorisation de diminuer la puissance apparente rayonnée de 52 500 watts à 40 300 watts et de faire un certain nombre de modifications techniques à ses réémetteurs.

 

1983

Le 18 décembre, CHAU quittait Radio-Canada pour se joindre au réseau TVA, Radio-Canada ouvrant par la même occasion sa propre station. CHAU recevait la programmation de TVA de CIMT-TV, sa station sœur à Rivière-du-Loup.

CHAU-TV-9 L’Anse-à-Valleau fut autorisée de se déplacer du canal 7 au canal 5 et CHAU-TV-12 Murdochville de se déplacer du canal 5 au canal 7.

Afin de mieux servir les résidents du nord du Nouveau-Brunswick, CHAU-TV construisait un studio à Bathurst, N-B.

Suite à la construction du studio de Bathurst, et à l’achat de matériel pour couvrir les nouvelles au nord-est du Nouveau-Brunswick, la licence de la station fut renouvelée.

1984

Le 12 janvier, le Réseau de télévision TVA inc. fut officiellement autorisé à ajouter CHAU-TV et ses réémetteurs comme affiliés. Comme indiqué ci-dessus, l’affiliation entra en vigueur le 18 décembre 1983.

 

1987

Le 29 janvier, le CRTC approuvait les demandes d’autorisation de transférer le contrôle effectif de la Télévision de la Baie des Chaleurs inc., de la Compagnie de radiodiffusion Rimouski ltée et de la Compagnie de Radiodiffusion de Shawinigan Falls ltée par le transfert de 1 000 actions ordinaires votantes de Prades inc. (100%) appartenant à Paul G. Desmarais (500 actions) et à Pratte (500 actions) à Power Corporation du Canada, qui était contrôlée indirectement par M. Desmarais. À la suite de cette transaction, Power Corporation acquerrait le contrôle à 100% de Prades inc. qui détenait le contrôle effectif de la Télévision de la Baie-des-Chaleurs inc., titulaire de CHAU-TV Carleton et ses réémetteurs; de la Compagnie de radiodiffusion Rimouski ltée, titulaire de CFLP Rimouski et de la nouvelle station FM autorisée par le CRTC ; et de la Compagnie de Radiodiffusion de Shawinigan Falls ltée, titulaire de CKSM Shawinigan.

Le 2 février, le CRTC approuvait la demande de modification de la licence de CHAU-TV et ses réémetteurs en ajoutant une condition de licence : la station devrait être affiliée au « Réseau Pathonic ». Elle continuerait à être exploitée comme station affiliée au réseau TVA

1988

Le 21 janvier, le CRTC renouvelait les licences de CHAU-TV Carleton et ses stations réémettrices CHAU-TV-1 Sainte-Marguerite-Marie, CHAU-TV-3 Port-Daniel, CHAU-TV-4 Chandler, CHAU-TV-5 Percé, CHAU-TV-6 Gaspé, CHAU-TV-7 Rivière-au-Renard, CHAU-TV-8 Cloridorme, CHAU-TV-9 L’Anse-à-Valleau et CHAU-TV-12 Murdochville (Québec); et CHAU-TV-2 Saint-Quentin et CHAU-TV-11 Kedgwick (Nouveau-Brunswick), jusqu’au 31 août 1993. Le Conseil signalait que CHAU-TV était affiliée au réseau de télévision TVA et au « Réseau Pathonic ». Au cours de la nouvelle période d’application de sa licence, CHAU-TV porterait sa programmation hebdomadaire de 111 heures à 129 heures dont 5 heures et 45 minutes seraient produites localement. Cette production locale serait constituée en majeure partie de bulletins de nouvelles diffusés en semaine à la même heure, d’entrevues et d’une émission hebdomadaire d’affaires publiques d’une durée de 30 minutes. Le Conseil prenait note de l’intention de la titulaire d’améliorer la qualité de son service dans la région. La titulaire continuerait de mettre l’accent sur l’orientation communautaire de ses émissions locales, tout en ajoutant des studios à Gaspé (Québec) ainsi qu’à Caraquet et à Bathurst (Nouveau-Brunswick). La titulaire avait également créé un réseau de reporters locaux et elle avait fourni une aide financière à des auteurs régionaux de même que des bourses à de nouveaux artistes locaux. Le Conseil faisait état des efforts de CHAU-TV à cet égard, tout en prenant acte de son intention, au cours de la prochaine période d’application de sa licence, de diffuser des émissions visant à faire connaître les talents locaux, notamment une série de dix émissions consacrées à la jeunesse de la région.

Le 15 septembre, la Télévision de la Baie des Chaleurs inc. fut autorisée à ajouter un réémetteur de CHAU-TV à Tracadie, au canal 9 avec une puissance d’émission de 10 watts.

1990

En plus d’être directeur de la programmation, Yvon Goulet assumait la responsabilité de la programmation. Gilles Barriault fut nommé directeur technique.

Le 21 décembre, la Télévision de la Baie des Chaleurs inc. (une entreprise à charte fédérale) fut autorisée à faire l’acquisition de CHAU-TV et ses réémetteurs de la Télévision de la Baie-des-Chaleurs inc. (une entreprise à charte provinciale). Cette acquisition ne comportait aucun changement de propriété ni de contrôle.

1991

Le 22 octobre, la Télévision de la Baie des Chaleurs inc. fut autorisée à supprimer CHAU-TV-12 Murdochville. Afin d’éliminer le problème de la mauvaise qualité du signal de CHAU-TV-12, le signal de CHAU-TV devrait être envoyé à Murdochville par micro-ondes. CHAU-TV déclarait qu’elle ne possédait pas les ressources financières nécessaires pour une telle entreprise.

 

1993

Yvon Goulet fut promu vice-président et directeur général de CHAU-TV.

Le CRTC refusait la demande présentée par CHAU-TV de diminution des nouvelles locales. La station s’était engagée à en produire 5 heures 45 minutes par semaine et proposait de n’en produire que 1 heure 40 minutes par semaine. Tout en notant la situation financière favorable de CHAU-TV comparativement aux autres stations de télévision du Québec, le CRTC enjoignait la titulaire à produire trois heures de nouvelles locales par semaine

1995

Le 23 janvier, le CRTC approuvait la demande de modification de la licence de CHAU-TV en ajoutant à la licence la condition suivante: en plus des 12 minutes de matériel publicitaire visées au paragraphe 11(1) du Règlement de 1987 sur la télédiffusion, la titulaire pourrait diffuser plus de 12 minutes de matériel publicitaire au cours de chaque heure d’horloge de la journée de radiodiffusion, afin de diffuser des infopublicités définies dans l’avis public CRTC 1994-139 et ce, conformément aux critères énoncés dans cet avis, tel que modifié.

 

2000

Le 24 mars, le CRTC approuvait la demande de Corus Entertainment inc. (à travers sa filiale 5191992 BC Ltd.) de faire l’acquisition de CHAU-TV de la Télévision de la Baie-des-Chaleurs inc. (qui appartenait à Diffusion Power inc.).

 

2001

On August 10, CHAU-TV Communications ltée (formerly 3760464 Canada Inc.) was given approval to  acquire CHAU-TV (and its transmitters) from 591992 B.C. Ltd., which was a wholly-owned subsidiary CHAU-TV Communications ltée. The transaction constituted an

Le 10 août, le CRTC autorisait CHAU-TV Communications ltée (anciennement 3760464 Canada inc.) à faire l’acquisition de CHAU-TV Carleton et de ses émetteurs, de 591992 BC Ltd., une filiale en propriété exclusive de CHAU-TV Communications ltée. Cette transaction constituait une réorganisation intrasociété n’ayant aucun impact sur la propriété ultime ni la gestion de la station.

 

2004

À cette époque, CHAU-TV exploitait les réémetteurs suivants: CHAU-TV-1 Sainte-Marguerite-Marie, CHAU-TV-3 Port-Daniel, CHAU-TV-4 Chandler, CHAU-TV-5 Percé, CHAU-TV-6 Gaspé, CHAU-TV-7 Rivière-au-Renard, CHAU-TV-8 Cloridorme, CHAU-TV-9 L’Anse-à-Valleau (Québec), et CHAU-TV-2 Saint-Quentin, CHAU-TV-10 Tracadie et CHAU-TV-11 Kedgwick (Nouveau-Brunswick).

 

2009

Le 27 août le CRTC renouvelait jusqu’au 31 août 2016 la licence de CHAU-TV et ses émetteurs (Québec: CHAU-TV-1 Sainte-Marguerite-Marie, CHAU-TV-3 Port-Daniel, CHAU-TV-4 Chandler , CHAU-TV-5 Percé, CHAU-TV-6 Gaspé, CHAU-TV-7 Rivière-au-Renard, CHAU-TV-8 Cloridorme et CHAU-TV-9 L’Anse-à-Valleau ; Nouveau-Brunswick: CHAU-TV-2 Saint-Quentin, CHAU-TV-10 Tracadie-Sheila et CHAU-TV-11 Kedgwick). Parmi les conditions de licence, on peut noter que la titulaire devait diffuser au moins quatre heures et 20 minutes de programmation locale par semaine de radiodiffusion.

 

2010

Le CRTC approuvait la modification de l’actionnariat de Quebecor Media inc. par le transfert des actions dans QMI détenues par Capital d’Amérique CDPQ inc. à CDP Capital d’Amérique Investissement inc., une autre filiale de la CDPQ. Cette transaction n’affectait pas le contrôle effectif de QMI et de ses filiales titulaires de permis. Par l’entremise du Groupe TVA inc. et Vidéotron ltée, QMI possédait des entreprises de distribution de télédiffusion, des entreprises de programmation télévisuelle, une entreprise de télévision à la carte, des services spécialisés et une entreprise de vidéo sur demande.

 

 

2011

On January 7, the CRTC approved the application by CHAU-TV Communications ltée to amend the licence for CHAU-TV to add post-transition digital transmitters at the following locations: 

2011

Le 7 janvier, le CRTC approuvait la demande présentée par CHAU-TV Communications ltée en vue de modifier la licence de radiodiffusion de l’entreprise de programmation de télévision CHAU-TV afin d’ajouter des émetteurs numériques post transition pour desservir les endroits suivants:

Le nouvel émetteur à Carleton-sur-Mer serait exploité au canal 5 avec une puissance apparente rayonnée (PAR) moyenne de 5 560 watts (PAR maximale de 9 850 watts avec une hauteur effective d’antenne au-dessus du sol moyen (HEASM) de 482,2 mètres) ; le nouvel émetteur à Sainte-Marguerite-Marie serait exploité au canal 3 avec une PAR moyenne de 522 watts (PAR maximale de 1 680 watts avec une HEASM de 199,6 mètres) ; le nouvel émetteur à Port-Daniel serait exploité au canal 10 avec une PAR moyenne de 7 watts (PAR maximale de 21 watts avec une HEASM de 152 mètres) ; le nouvel émetteur à Chandler serait exploité au canal 26 avec une PAR moyenne de 75 watts (PAR maximale de 184 watts avec une HEASM de 22,3 mètres) ; le nouvel émetteur à Percé serait exploité au canal 13 avec une PAR moyenne de 3 767 watts (PAR maximale de 10 375 watts avec une HEASM de 389,7 mètres) ; le nouvel émetteur à Gaspé sera exploité au canal 7 avec une PAR moyenne de 130 watts (antenne non directionnelle avec une HEASM de 75,6 mètres) ; le nouvel émetteur à Rivière-au-Renard sera exploité au canal 4 avec une PAR moyenne de 300 watts (PAR maximale de 990 watts avec une HEASM de 228 mètres) ; le nouvel émetteur à Cloridorme serait exploité au canal 11 avec une PAR moyenne de 37 watts (PAR maximale de 110 watts avec une HEASM de 30,4 mètres) ; le nouvel émetteur à Anse-à-Valleau serait exploité au canal 12 avec une PAR moyenne de 43 watts (PAR maximale de 75 watts avec une HEASM de 54,1 mètres) ; le nouvel émetteur à St-Quentin serait exploité au canal 31 avec une PAR moyenne de 67 watts (PAR maximale de 226 watts avec une HEASM de 96,2 mètres) ; le nouvel émetteur à Tracadie-Sheila serait exploité au canal 9 avec une PAR moyenne de 25 watts (antenne non directionnelle avec une HEASM de 48,9 mètres) ; le nouvel émetteur à Kedgwick serait exploité au canal 27 avec une PAR moyenne de 93 watts (antenne non directionnelle avec une HEASM de 66,6 mètres).

Le 31 août était fixé comme date limite pour la conversion de la télévision analogique à la télévision numérique dans les marchés obligatoires. Comme CHAU-TV ne desservait pas les marchés obligatoires, la transition vers le numérique de la station ainsi que de ses réémetteurs fut effectuée sur une base volontaire le 30 novembre. CHAU-TV continuerait à diffuser sur le canal 5 (canal virtuel 5.1) ; CHAU-TV-1 Ste-Marguerite-Marie sur le canal 3 en tant que CHAU-DT-1 ; CHAU-TV-2 Saint-Quentin (N.-B.) sur le canal 31 en tant que CHAU-DT-2 ; CHAU-TV-3 Port-Daniel sur le canal 10 en tant que CHAU-DT-3 ; CHAU-TV-4 Chandler se déplacerait du canal 6 au canal 26, en tant que CHAU-DT-4 ; CHAU-TV-5 Percé continuerait à diffuser sur le canal 13 en tant que CHAU-DT-5 ; CHAU-TV-6 Gaspé sur le canal 7 en tant que CHAU-DT-6 ; CHAU-TV-7 Rivière-au-Renard sur le canal 4 en tant que CHAU-DT-7 ; CHAU-TV-8 Cloridorme sur le canal 11 que CHAU-DT-8 ; CHAU-TV-9 L’Anse-à-Valleau sur le canal 12 en tant que CHAU-DT-9 ; et CHAU-TV-11 Kedgwick (Nouveau-Brunswick) serait déplacée du canal 3 au canal 27, devenant CHAU-DT-11.

 

2013

Le 8 avril, le CRTC approuvait la demande présentée par CHAU-TV Communications ltée relativement à la licence de CHAU-DT Carleton en vue de changer le canal de son émetteur CHAU-DT-5 Percé de 13 à 11. Tous les autres paramètres techniques demeureront inchangés.
Selon la titulaire, le signal de CBCT-DT Charlottetown (Île-du-Prince-Edouard) causait quelquefois du brouillage au signal de CHAU-DT-5. La titulaire faisait valoir que l’utilisation du canal 11 remédierait la situation.

 

2018

 Le 11 octobre, le CRTC approuvait la demande de CHAU visant à exploiter un émetteur aux Îles-de-la-Madeleine, diffusant sur le canal 12R avec une PAR moyenne de 41 watts (PAR maximale de 100 watts avec une hauteur au-dessus du sol moyen de 147,2 mètres.

The story continues elsewhere...
Effective September 1st 2019, we will only be adding new material to these station histories in exceptional circumstances. Our intent to chronicle the early days of these radio and television stations has been achieved, and many new sources and technologies, from the
CRTC website to Wikipedia, and others, are now regularly providing new information in these areas.
CTA Donation - FR

Nous dépendons des subventions et des dons de l’industrie

Voyez nos commanditaires