CFJP-DT

CFJP-DT, TQS, Montréal

Remstar Diffusion Inc

StationAnnéeChannelNetwork AffiliateProp./Info
CFJP-DT
2011
35.1 (35)
TQS
Remstar Diffusion Inc
CFJP-DT
2008
35
TQS
Remstar Diffusion Inc
CFJP-TV
1986
35
TQS
Television Quatre Saisons Inc.
1985

Le 6 septembre, le CRTC approuvait la demande de licence de radiodiffusion présentée par le Réseau de télévision Quatre-Saisons inc. visant l’exploitation à Montréal, au canal 35, d’une station de télévision de langue française d’une puissance apparente rayonnée de 566 000 watts. Le Conseil refusait toutefois la demande présentée par le Réseau de télévision Quatre-Saisons Inc. visant l’exploitation d’un réémetteur à Québec. Le Conseil en était venu à la conclusion qu’à cette époque le marché ne pouvait pas supporter de concurrence accrue. Quatre-Saisons appartenait à CFCF inc., qui détenait également CFCF AM & Télévision et CFQR-FM. La nouvelle station diffuserait 77 heures par semaine. À l’exception des nouvelles et des affaires publiques, la production devait être attribuée à des producteurs indépendants.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

.

1986

Le 4 mars, le CRTC approuvait une demande de licence de radiodiffusion visant l’exploitation à Québec, au canal 2, d’une station de télévision de langue française d’une puissance apparente rayonnée de 23 700 watts, qui retransmettrait les émissions de CFJP-TV Montréal. Une condition de licence stipulait qu’aucune publicité locale ne serait diffusée dans la ville de Québec. Quatre-Saisons recevait également l’autorisation d’exploiter un réseau de télévision de langue française visant à retransmettre les émissions de CFJP-TV Montréal dans les principaux marchés régionaux de la province.

À la même date, les sociétés suivantes recevaient des licences « double antenne » leur permettant d’exploiter des stations de télévision nouvelles visant à diffuser les émissions de CFJP-TV: Télévision Saint-Maurice inc. (CKTM-TV Trois-Rivières sur le canal 16 avec une puissance apparente rayonnée de 703 100 watts), Télévision St-François Inc. (CKSH-TV Sherbrooke sur le canal 30 avec une PAR de 125 900 watts); Radio Nord Inc. (CHOT-TV Hull sur le canal 49 avec une PAR de 16 200 watts ); et Radio Saguenay ltée (CKRS-TV, Jonquière, sur le canal 4 avec une PAR de 24 550 watts). Le réémetteur de CKRS-TV à St-Fulgence serait déplacé du canal 4 au canal 27. La nouvelle station produirait une programmation originale de 2,5 heures par semaine et diffuserait une partie de la programmation courante de CKRS-TV, permettant ainsi à cette station de diffuser la quasi-totalité de la programmation de réseau de Radio-Canada. Les requérantes à Sherbrooke et à Trois-Rivières se sont engagées à ne vendre que des espaces publicitaires nationaux.

Le 11 avril, Radio Nord inc. fut autorisée à exploiter des stations de télévision à Val d’Or, sur le canal 25 avec une PAR de 102 000 watts, ainsi qu’à Rouyn, sur le canal 20 avec une PAR de 81 000 watts. La station à Val d’Or rediffuserait les émissions de CFJP-TV Montréal de même que certains programmes locaux, alors que la station à Rouyn rediffuserait dans son intégralité la programmation de la station de Val d’Or.

CFJP-TV a acheté pour 4 millions $ en équipements audio et vidéo de Sony. Grâce à cet arrangement, elle deviendrait la première station de télévision au monde se fiant principalement à des sources de signaux à composante plutôt qu’à des signaux composites.

Le 7 septembre, CFJP-TV et le Réseau TQS (Télévision Quatre-Saisons) sont entrés en ondes à 17h30, lors d’un grand gala célébré à la Place des Arts et télévisé en direct. Les studios et bureaux de CFJP étaient situés dans l’édifice de CFCF au 405, avenue Ogilvy. Le lettres « JP » dans l’indicatif de la station rappelaient le nom de Jean Pouliot, propriétaire de CFCF inc. Diffusé par Anik C3 (un satellite de Télésat Canada) sur la bande Ku, le signal de CFJP-TV pouvait être capté dans tout l’est du Canada, et était distribué de cette façon aux stations affiliées.

Lors de l’inauguration du service, les émetteurs suivants sont entrés en ondes: CFJP-TV Montréal (canal 35 / 668 000 watts vidéo / 67 000 watts audio), CFAP-TV Québec (canal 2 / 23 700 watts  vidéo /  2400 watts audio), CFKS-TV Sherbrooke (canal 30 / 92 300 watts vidéo / 9200 watts audio), CFKM-TV Trois-Rivières (canal 16 / 115 600 watts  vidéo / 23000 watts audio), CFGS-TV Hull-Ottawa (canal 49 / 16 200 watts vidéo / 1600 watts audio), CFRS-TV Jonquière (canal 4 / 100 000 watts vidéo / 10 000 watts audio), CFVS-TV Val d’Or (canal 25 / 102 000 watts vidéo / 10 200 watts audio) et CFVS-TV-1 Rouyn (canal 20 / 81 000 watts vidéo / 8100 watts audio). Ces émetteurs ont permis à TQS d’atteindre 88% de la population québécoise. Le réseau envisageait la future mise en service d’affiliées et d’émetteurs supplémentaires.

Au site émetteur du mont-Royal, CFCF inc. et Radio-Canada possédaient chacune des installations et partageaient certains des mêmes espaces. Ainsi, les antennes de CFJP et de CFCF-TV (filiales de CFCF inc.) étaient fixées sur la tour FM-TV appartenant à Radio-Canada. En raison des contraintes d’espace, une antenne combinée fut installée pour les canaux 35 (TQS) et 17 (Radio Québec). L’émetteur principal était un Thomson CSF 30 kW (modèle TRE 3482) muni d’un klystron Valvo. Un émetteur à tubes 10 kw (TRE 8431) fut installé comme dispositif d’appoint.

CFJP-TV disposait de quatre studios. Les studios A et B avaient une superficie de 50 x 60 pieds et partageaient la même salle de commande. Le studio D mesurait 40 x 40 pieds et servait de salle des nouvelles. Le studio C  ̶  le plus grand chez TQS  ̶  avait une superficie de 90 pieds x 60 pieds.

Les principales émissions comprenaient le bulletin de nouvelles de 17h30 présenté par Pascale Nadeau, et celui de 22h00 présenté par Stéphane Boisjoly. De 18h00 à 19h00, Gaston L’Heureux présentait une émission magazine montréalaise. Chantal Jolis présentait une émission d’interview-variétés de 22h45 à 23h30. Danielle Rainville présentait le bulletin sportif à 23h30. Le réseau diffusait à partir de 14h30, du lundi au vendredi, de 15h00 le samedi et de 11h00 le dimanche.

Les dirigeants du réseau comprenaient Jean A. Pouliot, président et chef de la direction; H. Paul Chamberland, vice-président exécutif et chef de l’exploitation; Gilles Grégoire, directeur de la production commerciale et la promotion; Guy Fournier, vice-président de la programmation; Rudy Stefanik, vice-président des ventes; Hugues Beaudoin, directeur des ventes; et Allan Schofield, gestionnaire de routage.

Les nominations suivantes furent annoncées chez Télévision Quatre-Saisons: le chef de l’exploitation H. Paul Chamberland fut promu de vice-président à président; Jean A. Pouliot est devenu président du conseil; Réal Barnabé fut nommé vice-président de l’information; Denis Bélanger est devenu vice-président de l’ingénierie; et Guy Demers fut nommé vice-président de l’administration.

Le 22 décembre, le Réseau Quatre-Saisons inc. a reçu l’autorisation d’exploiter une station de télévision à Rimouski (la future CJPC-TV), opérant sur le canal 18, avec une puissance apparente rayonnée de 88,7 watts, cette station servant à retransmettre les émissions de CFJP-TV Montréal.

1987

Dans ses premières années, TQS rencontrait certaines difficultés. Le réseau fut ébranlé par une série de mises à pied et de démissions. Le 25 janvier, TQS a diffusé le « Super Bowl » de la Ligue nationale de football, rompant ainsi avec la politique de ne jamais diffuser d’événements sportifs en direct. Pour éviter que des journalistes soient obligés de manier eux-mêmes des caméras, des cadreurs furent utilisés. Le vice-président de la programmation Guy Fournier fut satisfait de l’amélioration des cotes d’écoute. TQS atteignait 8% de l’auditoire francophone et 15% du groupe d’âge cible de 18 à 34 ans.

Rudy Stefanik était vice-président des ventes pour CFJP-TV et CFCF-TV.

1988

Le 10 mars, CFCF inc. (anciennement le Réseau de Télévision Quatre-Saison inc.) recevait l’autorisation d’augmenter la PAR de CJPC-TV Rimouski de 88,7 à 458 watts.

Le 28 juin, le CRTC autorisait trois réémetteurs du Réseau Quatre-Saisons à diffuser de la programmation et de la publicité locales, autorisant par la même occasion le réseau à exploiter une nouvelle station affiliée à Rivière-du-Loup. Dès le printemps de 1989, CFAP-TV Québec produirait 6,5 heures d’émissions locales par semaine. Cette production devait atteindre 12 heures par semaine en septembre 1990. Soixante-dix emplois seraient créés la première année, passant à 114 en 1994. Le CRTC autorisait également CFKM-TV Trois-Rivières et CFKS-TV Sherbrooke à diffuser de la production locale, cette autorisation prenant effet immédiatement. Au cours des cinq années suivantes, ces deux réémetteurs appartenant à Cogeco investiraient quelque 3 millions de dollars et embaucheraient 13 personnes afin d’offrir ce nouveau service local. Dès 1990, cinq heures de programmation locale seraient produites chaque semaine. Le CRTC a approuvé la demande faite par CKRT-TV Ltée et Grégoire Thibault, faisant affaires sous le nom et la raison sociale de « Société de Télévision MBS » d’exploiter à Rivière-du-Loup, au canal 29, un réémetteur de TQS, avec une puissance apparente rayonnée de 18 100 watts. L’ajout de cet émetteur portait la couverture québécoise de Quatre-Saisons à 93%. L’émetteur devait entrer en ondes le 1er septembre.

Germain Blancent recevait l’autorisation d’exploiter un émetteur de télévision à Chute St-Philippe visant à retransmettre les émissions de CFJP-TV. Il serait exploitée au canal 10 et aurait une puissance de dix watts.

Le CRTC approuvait également les demandes de licences faites par le Comité des loisirs des employés forestiers en vue d’exploiter des émetteurs de télévision à Camp Manic et Camp Vallant. Ces émetteurs retransmettraient les émissions captées par satellite de CFJP-TV au canal 6 avec puissance d’un watt.

Gerry Dixon, ancien directeur de la publicité et de la promotion à CFCF, occupait les mêmes fonctions chez TQS, réseau appartenant au même groupe.

1989

Nominations chez TQS: Diane Legris fut nommée vice-présidente de la programmation, François Laurin vice-président de l’administration et Gerald Dixon directeur de la publicité et de la promotion.

CFAP-TV Québec fut autorisé à augmenter la puissance apparente rayonnée de 23 700 watts à 69 000 watts.

Hugues Beaudoin fut nommé vice-président des ventes, Louise Gordon directrice des ventes; et Carole Boudreault directrice du département cinéma.

Daniel Asselin fut nommé directeur des nouvelles et rédacteur en chef, et Rudy Stefanik vice-président et conseiller spécial.

Au moment d’entrer en ondes en 1986, CFJP-TV avait 35 employés permanents. Trois ans plus tard, ses effectifs comprenaient 200 employés permanents et jusqu’à 240 employés temporaires. Le nombre de ses téléspectateurs avait également augmenté. Alors qu’en 1986 CFJP-TV avait atteint 6% de l’auditoire, à l’été 1988 sa part de l’auditoire atteignait 20,9%. TQS diffusait à partir de 11h00 en semaine et de 09h30 le week-end, terminant ses émissions quotidiennes vers 02h30. TQS produisait ou déléguait à des producteurs extérieurs 95 heures de programmation par semaine. De ce montant, 35 heures étaient produites ou montées dans les studios de CFJP-TV, le reste provenant de productions de films et de vidéos extérieures. En 1986, seulement deux des quatre studios avaient été opérationnels - un pour les nouvelles et l’autre pour la production. Trois ans plus tard, TQS utilisait pleinement l’ensemble de ses propres studios et parfois jusqu’à la moitié des studios avoisinants de CFCF-TV.

Jadis simple réémetteur de Montréal, TQS Québec détenait maintenant une licence lui permettant d’exploiter une station locale. Au 500 rue Bouvier à Québec, la construction de nouvelles installations avait commencée en septembre 1988: maintenant ces travaux étaient presque terminés. Les nouvelles installations abriteraient un effectif de 65 employés. La programmation locale devait être diffusée dès le 3 septembre à partir de deux studios, l’un pour les nouvelles et l’autre pour la production.

Le Réseau Quatre-Saisons disposait maintenant de neuf stations de télévision à travers la province, ce qui lui permettait d’atteindre 85% de la population québécoise de sept millions.

1991

CFCF inc. cherchait à réduire les coûts de son réseau TQS, dont les pertes énormes avait mis la société mère dans le rouge. Une douzaine d’employés de réseau furent mis à pied. De son côté, la station soeur de langue anglaise CFCF-TV devait mettre à pied plus de 40 personnes et fermer son bureau d’Ottawa.

François Laganiere fut nommé vice-président du marketing et des ventes chez TQS, et Jean Fortier vice-président de la programmation chez TQS.

1995

Le 15 février, le CRTC approuvait la demande de modification de la licence de CFJP-TV en ajoutant à la licence la condition de licence suivante: en plus des 12 minutes de matériel publicitaire visées au paragraphe 11 (1) du Règlement sur la télédiffusion, 1987, la titulaire ne pouvait diffuser plus de 12 minutes de matériel publicitaire par heure d’horloge dans une journée de radiodiffusion, afin de diffuser des infopublicités définies dans l’avis public CRTC 1994-139, et ce, conformément aux critères énoncés dans cet avis public, tel que modifié.

Le 15 mars, le CRTC a renouvelé les licences du réseau de télévision Quatre-Saisons ainsi que de l’entreprise de programmation de télévision constituée de CFJP-TV Montréal et de son émetteur CJPC-TV Rimouski, détenues par la CFCF Inc., du 1er septembre 1995 au 31 août 1997. Cette courte période de renouvellement reflétait les vives préoccupations du Conseil à l’égard de la non-conformité de la titulaire au paragraphe 4(6) du Règlement de 1987 sur la télédiffusion (le Règlement) relatif à la diffusion d’émissions canadiennes et permettrait au Conseil d’examiner à plus court terme la façon dont la titulaire allait répondre aux diverses préoccupations, attentes et exigences énoncées dans la présente décision. Elle permettrait également au Conseil d’étudier le renouvellement de ces licences en même temps que celui de la plupart des réseaux et stations de télévision de langue française du Québec.

Jean Mongeau fut nommé vice-président des ventes et du marketing chez TQS, succédant dans ce poste à François Laganiere.

1997

Le Groupe Vidéotron annonçait qu’il venait de conclure une entente pour vendre Télévision Quatre-Saisons à une société contrôlée par Quebecor. Vidéotron avait fait l’acquisition de TQS en 1995 au moment de sa prise de contrôle de CFCF inc. Lors de cette nouvelle transaction, Quebecor s’associait aux Communications par satellite canadien inc., une filiale de WIC, qui avait accepté d’acheter CFCF-TV à Montréal. L’acquisition de TQS, qui détenait et exploitait des stations à Montréal, Québec et Rimouski, serait soumise à l’approbation du CRTC.

Le 22 août, le CRTC a autorisé le Consortium Quebecor à acquérir le contrôle effectif de TQS inc. L’actionnaire principale en serait Communications Quebecor inc., à hauteur de 58,52 %, alors que les autres actionnaires participant au Consortium étaient Communications par satellite canadien inc. (Cancom) avec une participation de 19,49 %, Cogeco inc. (19,99 %) et les autres affiliés du réseau Télévision Quatre Saisons.

1999

Télévision Quatre-Saisons souhaitait diversifier sa grille à 23h00, pour offrir autre chose que des bulletins de nouvelles et sportifs. Elle a donc décidé de lancer deux nouvelles émissions érotiques soft, qui attiraient plus de 200 000 téléspectateurs en semaine et 350 000 le samedi soir.

2001

Le 7 décembre, le CRTC approuvait la demande présentée par Cogeco inc. (Cogeco) et Bell Globemedia inc. (Bell Globemedia), , en vue d’obtenir l’autorisation d’acquérir le contrôle effectif de TQS inc. Ces actions avaient été détenues par M. Pierre Hébert, à titre de fiduciaire. La vente de TQS venait du fait que de l’achat de TVA par Quebecor Média Inc. Le CRTC avait imposé une condition préalable exigeant que le contrôle de TQS soit transféré à un tiers non associé à Quebecor.

2003

Le 19 décembre, le CRTC approuvait la demande faite par TQS inc. visant à exploiter une entreprise de télévision numérique transitoire associée à CFJP-TV Montréal. L’entreprise de télévision numérique diffuserait à partir de la tour de la Société Radio-Canada au mont Royal, au canal 42C, avec une puissance apparente rayonnée (PAR) de 7 000 watts.

2007

 

CFJP-DT fut autorisée à augmenter la puissance de 2000 watts à 13 900 watts, à diminuer la hauteur de l’antenne de 302 mètres à 77,2 mètres et à changer l’emplacement du site de l’antenne.

 

2008

Le 26 juin le CRTC approuvait la demande en vue de modifier le contrôle effectif de TQS inc. (TQS), titulaire des entreprises de programmation de télévision CFJP-TV Montréal, CFJP-DT Montréal, CFAP-TV Québec, CFKM-TV Trois-Rivières, CFKS-TV Sherbrooke et CFRS-TV Saguenay et du réseau TQS, par le transfert de toutes les actions émises et en circulation de 3947424 Canada Inc., la société mère de TQS, détenues à l’époque par Cogeco Radio-Télévision inc. (60 %) et CTV Television Inc. (40 %) à Remstar Diffusion inc., une société détenue et contrôlée par Julien et Maxime Rémillard. La Commission a également renouvelé les licences de ces stations jusqu’au 31 août 2015.

2011

Le CRTC autorisait V Interactions inc. à ajouter un émetteur de télévision numérique post-transition pour CFJP-TV à Montréal.

La date limite pour la conversion de la télévision analogique au numérique dans les marchés obligatoires était fixée au 31 août. CFJP-TV canal 35 fut supprimé à cette date et fut remplacé par CFJP-DT qui passait ainsi du canal transitoire 42 au canal au canal post-transitoire 35 (virtuelle 35.1) .

2012

Le 26 avril, le CRTC réévaluait certaines conditions de licence des entreprises de programmation de télévision CFJP-DT Montréal, CFAP-DT Québec, CFKM-DT Trois-Rivières, CFKS-DT Sherbrooke et CFRS-DT Saguenay (Québec), ainsi que celles de la licence du réseau V Interactions. Le Conseil a rappelé que le présent processus consistait seulement en une réévaluation de certaines conditions de licence de V Interactions en matière de programmation locale et d’émissions prioritaires. Compte tenu de l’attente énoncée dans la décision de radiodiffusion 2008-129, selon laquelle le titulaire pouvait bonifier son offre de nouvelles pour le reste de la période de licence, le Conseil a maintenu jusqu’au 31 août 2015 les mêmes conditions de licence en matière de programmation locale et d’émissions prioritaires.

En novembre, Henri Audet, fondateur de Cogeco Câble est décédé à l’âge de 94 ans. Formé comme ingénieur, Audet avait quitté son emploi à Radio-Canada afin de lancer une station de télévision à Trois-Rivières. Il avait vendu sa maison tout en cherchant un capital d’amorçage de 100 000 $ chez des amis et d’autres investisseurs. À partir de cette station de télévision unique, Cogeco avait grandi au point de devenir la quatrième plus grande entreprise canadienne de câblodistribution et l’une des plus grandes entreprises médiatiques du Québec. De 1961 à 1964, Audet avait servi de président de l’Association canadienne des radiodiffuseurs. Il avait été nommé membre de l’Ordre du Canada en 1984. Le contrôle de Cogeco inc. et de ses filiales directes et indirectes fut détenu par Gestion Audem inc., une société de portefeuille dont les actions furent intégralement détenues par les membres de la famille de Henri Audet

2013

Le CRTC approuvait une augmentation de la PAR moyenne à 17 710 watts (antenne non-directionnelle), une augmentation de la HEASM à 297,8 mètres, et la relocalisation du site de l’antenne.

The story continues elsewhere...
Effective September 1st 2019, we will only be adding new material to these station histories in exceptional circumstances. Our intent to chronicle the early days of these radio and television stations has been achieved, and many new sources and technologies, from the
CRTC website to Wikipedia, and others, are now regularly providing new information in these areas.
CTA Donation - FR

Nous dépendons des subventions et des dons de l’industrie

Voyez nos commanditaires