CFER-TV

CFER-TV, TVA, Rimouski

Groupe TVA Inc.

StationAnnéeChannelNetwork AffiliateProp./Info
CFER-TV
1990
11
TVA
Groupe TVA Inc.
CFER-TV
1978
11
TVA
Tele Metropole Inc.
1977

Les Entreprises Télé-Capitale Ltée recevait l’autorisation d’exploiter de nouvelles stations de télévision à Rimouski (142 000 watts sur le canal 11) et Sept-Îles (3800 watts sur le canal 11). Rimouski fournirait au moins 6h45 heures de nouvelles locales et d’affaires publiques chaque semaine, la plupart de sa programmation provenant de CFCM-TV Québec et du réseau TVA. Sept-Îles retransmettrait le signal de Rimouski tandis que des studios locaux devaient être mis en place dans un avenir proche.

 

1978

CFER-TV, station de télévision affiliée au réseau TVA diffusant sur le canal 11, est entrée en ondes le 4 juin. Les lettres « FER » dans l’indicatif signifiaient que la station diffuserait à l’est de Rimouski.

Le 12 juillet, CFER-TV recevait l’autorisation d’augmenter la puissance apparente rayonnée de l’émetteur principal à Rimouski de 130 000 watts à 157 000 watts et de diminuer la puissance apparente rayonnée de son émetteur à Sept-Îles (CFER-TV-1) de 3800 watts à 2158 watts.

 

 

1979

Le 7 août, Claude Pratte et l’un ou l’autre des autres principaux actionnaires (ou tous les deux), à savoir Jevlam inc. (J.A. Pouliot) et Baribeau & fils inc. (famille Baribeau), recevaient l’autorisation de transférer au moins 50,5% des actions de catégorie B avec droit de vote de Télé-Capitale ltée. (la société mère) à la Corporation de Gestion La Vérendrye. Ce transfert de contrôle indirect comportait deux volets: (A) Entreprises Télé-Capitale ltée. (CKLM, CFCM-TV, CKMI-TV, CFER-TV et de CFER-TV-1); et (B) CHRC Ltée. (CHRC-AM et CHOI-FM). Cette autorisation était conditionnelle à ce que la Corporation de Gestion La Verendrye fasse une offre publique dans les 21 jours en vue d’acquérir des actions ordinaires de catégorie A sans droit de vote détenues par Télé-Capitale. J. Conrad Lavigne était l’un des nouveaux administrateurs de Télé-Capitale. L’entreprise s’est engagée à apporter les améliorations suivantes à CFER-TV: une unité mobile installée dans une fourgonnette motorisée pour la région de Matane, un réémetteur devant entrer en ondes l’année suivante, et un studio de production pour la zone Baie-Comeau / Hauterive dans les deux ans.

 

1980

Les Entreprises Télé-Capitale ltée. recevait l’autorisation d’exploiter un réémetteur de CFER-TV-1 Sept-Iles, à Ste-Anne-des-Monts. Ce réémetteur serait exploité sur le canal 5 avec une puissance apparente rayonnée de 23 000 watts, et desservirait les communautés se trouvant sur la rive sud du fleuve Saint-Laurent, de Matane jusqu’à Grande-Vallée. L’antenne serait installée au Mont-Trouble, sur la Côte Nord. CFER comptait demander l’autorisation d’exploiter un réémetteur à Grande-Vallée dans les meilleurs délais. La station disposerait d’une unité mobile pour couvrir des activités en Gaspésie.

 

1983

Le 9 juillet, la licence de CFER-TV-1 Sept-Iles fut révoquée à la demande de la titulaire parce que la région pouvait dorénavant capter les ondes de l’émetteur CFER-TV-2 Gaspé-Nord situé au Mont-Trouble.

 

 

1984

La Corporation de Gestion La Vérendrye vendait Télé-Capitale ltée. à CHEM-TV inc., une filiale en propriété exclusive de Pathonic Communications inc. CHEM-TV inc. a ensuite fusionné avec Télé-Capitale ltée. La société issue de cette fusion est devenue Télé-Capitale inc. (une filiale de Pathonic).

1986

Télé-Capitale inc. recevait l’autorisation d’exploiter un réseau de télévision de langue française (Réseau Pathonic) comprenant CFCM-TV, CFER-TV Rimouski, CFER-TV-2 Gaspé-Nord, CHLT-TV Sherbrooke, CHEM-TV Trois-Rivières et CIMT-TV Rivière-du-Loup, et de ses stations de rediffusion. Ces stations étaient également exploitées comme affiliées au réseau TVA.

 

1987

Le 27 janvier, le CRTC a autorisé le Groupe Vidéoton ltée. a faire l’acquisition de Télé-Métropole inc. en rachetant les parts dans cette dernière détenues par la Succession J.A. DeSève, la Fondation J.A. DeSève et Ciné-Monde inc.

 

 

 

1989

Télé-Métropole inc. a acquis le contrôle du Réseau Pathonic inc., qui à son tour détenait ou contrôlait l’affiliée au réseau TVA CFER-TV Rimouski, CFER-TV-2 Gaspé-Nord et plusieurs autres stations. Le Groupe Vidéotron Ltée. possédait 99,7% des actions avec droit de vote et 40,8% de toutes les actions en circulation de Télé-Métropole à ce moment-là.

Pathonic Télévision et Québec Téléphone ont conclu un accord pour la transmission bidirectionnelle par fibre optique du signal de Pathonic entre Québec et Rimouski. Le lien permettrait à CFER-TV de transmettre simultanément les bulletins de nouvelles et des segments de programme aux stations exploitées à Québec, Sherbrooke, Trois-Rivières et Montréal et ce, 24 heures par jour.

1990

Le nom de l’entreprise était maintenant Groupe TVA inc.

 

1991

A cette époque, CFER appartenait à Télé-Capitale inc. (Pathonic Communications) et diffusait avec une puissance apparente moyenne de 325 000 watts vidéo et 32 500 watts audio.

 

1992

Le 13 août, Télé-Métropole inc. recevait l’approbation d’acquérir 75% du Réseau de télévision TVA inc. de Radio Nord Inc., Télé-Inter rives ltée. et Télévision de la Baie des Chaleurs inc. (chacune desquelles détenait 25% des parts). C’est ainsi que Télé-Métropole a acquis 100% du réseau.

La dénomination sociale de l’entreprise a  alors été changée pour TM Multi-Régions inc.

1995

Le 23 janvier, le CRTC approuvait la demande de modification de la licence de CFER-TV en ajoutant à la licence la condition de licence suivante: en plus des 12 minutes de matériel publicitaire visées au paragraphe 11 (1) du Règlement sur la télédiffusion, 1987, la titulaire ne pouvait diffuser plus de 12 minutes de matériel publicitaire par heure d’horloge dans une journée de radiodiffusion, afin de diffuser des infopublicités définies dans l’avis public CRTC 1994-139, et ce, conformément aux critères énoncés dans cet avis public, tel que modifié.

Le 7 avril, le CRTC renouvelait la licence de CFER-TV Rimouski et son émetteur CFER-TV-2 Gaspé Nord, jusqu’au 31 août 1997. La période accordée par le CRTC lors de ce renouvellement, bien que moindre que la période maximale de sept ans permise en vertu de la Loi sur la radiodiffusion, ne reflétait pas d’inquiétude de la part du Conseil en ce qui avait trait au rendement de la titulaire. Le Conseil notait  que la titulaire avait respecté l’engagement qu’elle avait pris de diffuser 2 heures et 59 minutes de nouvelles locales par semaine au cours de la période d’application de la licence qui se terminait. Pour la nouvelle période d’application de la licence, la titulaire s’est engagée à diffuser 3 heures et 10 minutes par semaine d’émissions de nouvelles locales.

2001

Quebecor inc., filiale de Quebecor Média inc. a fait l’acquisition du Groupe Vidéotron ltée. Comme Quebecor devenait ainsi propriétaire de deux réseaux - TVA et TQS - le CRTC a exigé que l’entreprise se départisse de TQS inc. Plus tard dans l’année, TQS fut vendue à Cogeco Radio Télévision inc. et à Bell Globemedia inc.

 

2009

Le 15 mai, au terme de l’audience ayant débuté le 27 avril, le CRTC annonçait le renouvellement de la licence des stations du Groupe TVA, y compris CFER-TV Rimouski, pour une durée de deux années, à compter du 1er septembre 2009. Ce renouvellement de courte durée « .... donnerait à ces diffuseurs une certaine souplesse au cours de la période actuelle d’incertitude économique. »

 

2010

Le CRTC approuvait la modification de l’actionnariat de Quebecor Media inc. par le transfert des actions dans QMI détenues par Capital d’Amérique CDPQ inc. à CDP Capital d’Amérique Investissement inc., une autre filiale de la CDPQ. Cette transaction n’affectait pas le contrôle effectif de QMI et de ses filiales titulaires de permis. Par l’entremise de Groupe TVA inc. et Vidéotron ltée, QMI possédait des entreprises de distribution de télédiffusion, des entreprises de programmation télévisuelle, une entreprise de télévision à la carte, des services spécialisés et une entreprise de vidéo sur demande.

 

2011

Le 12 juillet, le CRTC renouvelait administrativement la licence de CFER-TV et de ses émetteurs CFCM-DT jusqu’au 31 août, 2012.

 

2012

Le 26 avril, le CRTC renouvelait les licences de radiodiffusion du réseau national de télévision de langue française TVA ainsi que des stations de télévision traditionnelles affiliées à ce réseau, jusqu’au 31 août 2015. Dans sa demande, QMI avait proposé de maintenir le niveau actuel de cinq heures par semaine de programmation locale diffusées par CHEM-DT Trois-Rivières, CFER-DT Rimouski, CHLT-DT Sherbrooke et CJPM Saguenay, ainsi que par leurs émetteurs respectifs. En outre, QMI a déclaré que la titulaire avait l’intention de maintenir le niveau de diffusion actuel de 18 heures de programmation locale par semaine chez CFCM-DT Québec, tout en demandant une plus grande flexibilité afin de pouvoir diffuser des émissions produites localement par CFCM-DT sur le réseau. À cette fin, QMI avait proposé de supprimer l’exigence voulant que neuf heures de programmation locale diffusées par CFCM-DT se concentrent exclusivement sur le marché local de Québec. Le Conseil estimait que la proposition faite par QMI de diffuser au moins cinq heures et 30 minutes de nouvelles locales, y compris les deux bulletins de nouvelles au cours du week-end, était louable et contribuerait de manière significative à bien refléter le marché de Québec. Pour faire face aux préoccupations exprimées par les intervenants de cette ville au sujet de la perte de contenus locaux dans la programmation et les nouvelles diffusées par CFCM-DT, le Conseil continuerait à exiger que, des 18 heures de programmation locale par semaine de radiodiffusion, neuf heures se concentrent spécifiquement sur la région de Québec, avec cinq heures et 30 minutes de bulletins de nouvelles locales. Toutefois, le Conseil ne jugeait pas nécessaire d’exiger que les trois heures et 30 minutes restantes soient diffusées en exclusivité sur le marché local de Québec, estimant par ailleurs qu’elles pouvaient être diffusées sur le réseau TVA. En outre, si les bulletins de nouvelles étaient rediffusés intégralement, le Conseil a exigé que la titulaire ne compte pas ces rediffusions dans le calcul du nombre d’heures de diffusion fixées dans les conditions de licence pour chaque station.

 

The story continues elsewhere...
Effective September 1st 2019, we will only be adding new material to these station histories in exceptional circumstances. Our intent to chronicle the early days of these radio and television stations has been achieved, and many new sources and technologies, from the
CRTC website to Wikipedia, and others, are now regularly providing new information in these areas.
CTA Donation - FR

Nous dépendons des subventions et des dons de l’industrie

Voyez nos commanditaires