CKLX-FM

CKLX-FM, Montréal

StationAnnée
CKLX-FM
2003
2003

Le 2 juillet, le CRTC attribuait une licence à Radio Nord Communications inc. (75%) et La Société Spectra-Scène inc. (25%) en vue d'exploiter une nouvelle station de radio FM commerciale spécialisée de langue française à Montréal, à 91,9 MHz. La station proposée serait exploitée selon une formule spécialisée jazz et blues et s'adresserait à un auditoire adulte de 35 à 64 ans.

2004

Le 23 juillet, CKLX-FM fut autorisée à augmenter sa puissance de 900 à 1900 watts et de diminuer la hauteur de l’antenne de 199,1 à 193 mètres.
En septembre, CKLX commençait à effectuer des essais de son signal à partir du site de l’émetteur au Mont-Royal. Utilisant sa formule « Couleurs Jazz », la station devait entrer en ondes plus tard à l’automne.

2007

Le 30 août, dans le cadre d’une réorganisation corporative, RNC Média inc. (anciennement connue sous le nom de Radio Nord Communications inc.) recevait l’autorisation d’acquérir, par l’intermédiaire de sa filiale en propriété exclusive Radio Couleur Jazz inc., les actifs de CKLX-FM.

2008

À des fins de stratégie de marque, 91,9 CKLX remplaçait la marque Couleur Jazz par la marque Planète Jazz.

2010

Le 17 août, le CRTC renouvelait la licence de CKLX-FM Montréal jusqu’au 31 août 2013. Ce renouvellement à court terme permettrait à la Commission d’examiner, à une date antérieure, la conformité de la titulaire au Règlement de 1986 sur la radio ainsi qu’à ses conditions de licence. Le Conseil approuvait en partie la demande présentée par RNC Média inc. en vue de répartir sur l’ensemble de la nouvelle période de licence le paiement des contributions restantes au titre du développement des talents canadiens.

2012

CKLX-FM annonçait son intention de changer de formule dès la fin de l’été sinon au début de l’automne, passant de la formule jazz à une formule à 50% à prépondérance verbale et à 50% de musique indéterminée. La station attendait l’autorisation CRTC en vue d’utiliser la formule à prépondérance verbale à 100%.
CKLX changeait de formule, délaissant le jazz (Planète Jazz) dans la journée afin d’adopter la formule prépondérance verbale  (le jour) / et jazz (la nuit) (CHOI Radio X). La station attendait toujours l’autorisation du CRTC en vue d’utiliser la formule à prépondérance verbale à 100%.

2013

Le 14 mars, le CRTC refusait la demande de RNC MÉDIA inc. en vue de convertir la formule spécialisée de la station de radio commerciale de langue française CKLX-FM Montréal (Québec), axée sur le jazz et le blues, en formule spécialisée à prépondérance verbale. En justifiant cette décision, le Conseil notait les conditions du marché radiophonique de Montréal ainsi que la non-conformité de la titulaire à l’égard du Règlement de 1986 sur la radio.
Le 22 juillet, le CRTC renouvelait la licence de CKLX-FM jusqu’au 31 août 2014.

2014

Le CRTC approuvait la demande présentée par CKLX-FM une vue de changer de formule, délaissant la formule spécialisée de musique pour emprunter la formule à prépondérance verbale.
À des fins de stratégie de marque, CKLX – RADIO X – fut renommée RADIO 9. La station délaissait également la formule a prépondérance verbale et jazz pour une formule à prépondérance verbale pendant la journée, aux émissions sportives en soirée et à la formule musique rock la nuit.

2019

Le 30 avril, le CRTC approuvait les demandes de Leclerc Communications en vue d’acquérir les actifs de CHOI Québec et CKLX Montréal détenus par dans le marché de Québec, l’acquisition de CHOI l’obligerait à se départir d’une des trois stations. Par conséquent, le CRTC demandait à Leclerc de présenter un aperçu de ses plans de vente d’une de ces stations d’ici le 30 mai 2019. Le CRTC approuvait la demande de Leclerc en vue de modifier les conditions de licence de CKLX-FM afin de faire passer la station d’une formule spécialisée à prépondérance verbale à une formule musicale grand public. Comme Leclerc ne voulait pas céder l’une de ses stations de Québec, la compagnie préféra laisser tomber  l’entente en vue d’acquérir CHOI et CKLX.

CTA Donation - FR

Nous dépendons des subventions et des dons de l’industrie

Voyez nos commanditaires