CHFA-FM

CHFA-FM, Edmonton

Canadian Broadcasting Corp.

StationAnnéeFréq.PuissanceProp./Info
CHFA-FM
2012
90.1
100,000
Canadian Broadcasting Corp.
CHFA-AM
1974
680
5,000
Canadian Brodcasting Corp.
CHFA-AM
1949
680
5,000
Radio Edmonton Ltee.
1948

Radio Edmonton Ltée déposait une demande en vue d’exploiter une licence AM de langue française à Edmonton. La station rivale CJCA Edmonton s’opposant à cette demande, le Conseil des gouverneurs de Radio-Canada reportait sa décision à une date ultérieure afin d’en faire un examen approfondi.
En mars, le Conseil de Radio-Canada recommandait l’approbation de la demande déposée par Radio Edmonton Ltée en vue d’exploiter une station de langue française à Edmonton, à la fréquence 680 kHz avec une puissance de 5000 watts. Après avoir refusé la demande de CKUA en vue d’exploiter une station commerciale, le premier ministre Ernest Manning de l’Alberta qualifiait la décision en faveur de CHFA « d’indéfendable et de discriminatoire ». Radio Edmonton Ltée était constituée par un groupe de citoyens d’Edmonton.

1949

Romain LeClair fut nommé directeur de CHFA. Il avait été directeur de CKSO Sudbury puis de CJEM Edmundston (N-B).
Selon une publicité annonçant le lancement prochain de CHFA, la station desservirait 45 000 Albertains francophones dans les régions de la rivière de la Paix, du Lac La Biche, de Saint-Paul et d’Edmonton.
Le 20 novembre, CHFA entrait en ondes à la fréquence 680 kHz avec 5000 watts de puissance. La station utilisait un seul diagramme de rayonnement directionnel, et exploitait trois tours de 230 pieds. Station affiliée au réseau de langue française de la SRC, CHFA disposait de studios au 10012, 109e rue, à Edmonton.

1950

Le Conseil de la SRC approuvait le transfert de quatre actions de Radio Edmonton Ltée.
A. M. Dechêne était directeur de la station et L. Hiller directeur commercial.

1951

Le Conseil de Radio-Canada attribuait une licence commerciale publique à CHFA, permettant ainsi la transmission de messages personnels là où d’autres moyens de communication électrique faisaient défaut.

1952

Désormais, le réseau de radio de langue française de Radio-Canada desservait une grande partie du territoire canadien, d’Edmundston, Nouveau-Brunswick jusqu’à Edmonton, Alberta. CKSB Saint-Boniface, CHFA Edmonton, CFRG Gravelbourg et CFNS Saskatoon se joignaient au réseau.

1953

Annonce publicitaire : CHFA « la voix la plus progressiste de la radio française dans l’Ouest » vous ouvre la porte des ventes, vous donnant accès à plus de 60 000 clients ! / La Voix française de l’Alberta.
Le Conseil de la SRC approuvait le transfert d’une action ordinaire de Radio Edmonton Ltée.

1955

Leo Rémillard agissait comme directeur de CHFA.
Annonce publicitaire : « Vous ratez votre coup... si vos plans n’incluent pas CHFA Edmonton ... la voix la plus progressiste de la radio française dans l’Ouest... Au service de plus de 80 000 Canadiens français tous les jours de la semaine. La Voix française de l’Alberta.

1957

CHFA 680 utilisait un seul diagramme de rayonnement directionnel, avec une puissance de 5000 watts. L’actionnariat de Radio Edmonton Ltée était comme suit : Mgr. Phillip Lussier 6,7%, Mgr. Henri Routhier 6,7%, le Dr L.O. Beauchemin 33,3%, le Dr L.P. Mousseau 6,7%, P. Sicotte 6,7%, J.W. Beaudry 6,7%, A. Morin 6,7%, JM Fontaine 6,7%, A. Dechêne 6,6%, M. Lavallée 6,6%, J.O. Pilon 6,6%. CHFA était exploitée comme station affiliée supplémentaire du réseau français de Radio-Canada. André Dechêne était président de l’entreprise et Bernardin Gagnon directeur de CHFA.

1958

Slogans publicitaires : Quatre stations ouvrent la porte des ventes, donnant accès aux 180 000 Canadiens français de l’Ouest - CHFA, CFNS, CFRG, CKSB - Le réseau de radio française de l’Ouest canadien. / Une seule raison explique l’existence du réseau de radio de langue française dans les Prairies : plus de 180 000 « Canadiens » sont là : ils parlent, ils lisent, ils réfléchissent et ils écoutent tout en français. Vendez davantage là où davantage peut être vendu ! En Alberta – misez sur CHFA Radio Edmonton Ltée - 5000 watts.

1960

En tant que réseau de radio dans l’Ouest, CFNS Saskatoon, CFRG Gravelbourg, CHFA Edmonton et CKSB Saint-Boniface rejoignaient plus de 176 000 consommateurs francophones. De son côté, CHFA desservait plus de 75.000 auditeurs francophones dans de plus de 100 communautés à prédominance francophone en Alberta. Elle rejoignait  également des anglophones de même que des auditeurs parlant d’autres langues à domicile. CHFA offrait une programmation en allemand, italien, ukrainien, néerlandais et polonais. Les auditeurs non francophones de la station appréciaient la belle musique diffusée par CHFA. 60% des auditeurs de CHFA se trouvaient en milieu rural et 25% en milieu urbain, tandis que 15% étaient des mineurs, trappeurs ou pêcheurs.
Annonces : Vous parlez affaires lorsque vous parlez « la langue » - c’est-à-dire CHFA. La seule voix française en Alberta. CHFA appartient à la population française de la province – une population à la fois fidèle et réceptive. Plus de 100 communautés majoritairement francophones en Alberta. 5000 watts – 680 Kc.

1974

Le 1er avril, Radio Edmonton Ltée vendait CHFA à la Société Radio-Canada. 

1975

Vers 1975, CHFA augmentait la puissance à 10 000 watts. Elle utilisait un seul diagramme de rayonnement jour et nuit, ainsi que trois tours de 290 pieds. 

1977

Le 12 mars, CHFA-1-FM Lethbridge entrait en ondes.
Le 23 mai, CBRF-FM Calgary entrait en ondes à titre de réémetteur de CHFA.

1978

Le 19 juillet, CHFA-2-FM Red Deer entrait en ondes.

1979

Le 5 janvier, CHFA-3-FM Peace River entrait en ondes.
Le 6 août, CHFA-4-FM Hinton, CHFA-5-FM Grande Prairie et CHFA-6-FM Fort McMurray entraient en ondes.

1983

Le 1er mars, le réémetteur CHFA-7-FM Falher entrait en ondes.
Le 1er juillet, CHFA-8-FM entrait en ondes.

1985

Le 17 décembre, CHFA fut autorisée à ajouter un émetteur à Bonnyville à la fréquence 98,7 MHz, avec une puissance apparente rayonnée de 50 000 watts.

 

1989

Au moment du renouvellement de la licence de CHFA, CHFA-9-FM Bonnyville n’était toujours pas en ondes.

1990

Les studios et les bureaux de CHFA déménageaient au 7909, 51e Avenue.

1993

En raison de contraintes financières, Radio-Canada décidait de ne pas inaugurer le réémetteur CHFA-9-FM Bonnyville.

1997

Le 1er septembre, le réseau de Radio-Canada fut renommé « la Première Chaîne ».

1998

Le 30 juin, un réémetteur communautaire – CHFB-FM 98,7 – entrait en ondes à Bonnyville. CHFA avait déjà prévu y ajouter son propre émetteur (CHFA-9-FM) mais y avait renoncé en 1993 pour des raisons financières.

2001

En 2001, CHFA exploitait les réémetteurs suivants : CBRF-FM Calgary, CHFA-1-FM Lethbridge, CHFA-2-FM Red Deer, CHFA-3-FM Peace River, CHFA-4-FM Hinton, CHFA-5- FM Grande Prairie, CHFA-6-FM Fort McMurray, CHFA-7-FM Falher, et CHFA-8-FM Medicine Hat. CHFA diffusait environ 35 heures et 55 minutes de programmation locale par semaine à partir d’Edmonton.

2002

Le 7 mai, la SRC fut autorisée à ajouter des émetteurs à Calgary et Edmonton afin d’y diffuser le service FM stéréo La Chaîne culturelle de Radio-Canada.

2006

Le 16 mars, le CRTC approuvait la demande déposée par Radio-Canada en vue de modifier la licence de radiodiffusion de CHFA Edmonton afin d’exploiter un émetteur FM à Edmonton. L’émetteur diffuserait la programmation du service du réseau national de langue française de la SRC, La Première chaîne. La SRC expliquait que la croissance urbaine, la construction de gratte-ciels de béton et d’acier, et l’augmentation des parasites électriques due au câblage aérien, aux appareils électriques de toutes tailles et aux émetteurs de radio portatifs nuisaient à la fiabilité et à la qualité du signal AM de ses diverses stations. La SRC déclarait que de nombreux citoyens qui se qualifiaient d’auditeurs de la radio de la SRC s’étaient plaint auprès d’elle de la mauvaise réception du signal de la SRC, tant chez eux qu’au bureau ou en voiture. Pour améliorer la qualité du signal de sa station AM dans la zone urbaine d’Edmonton, la SRC proposait d’y installer un émetteur FM à puissance modeste. La SRC ajoutait qu’elle continuerait à exploiter l’émetteur AM existant dont le très vaste périmètre de rayonnement en dehors du centre urbain desservi par la station serait complété par cet émetteur FM « imbriqué ». La SRC affirmait qu’elle avait envisagé d’autres moyens d’améliorer la qualité du signal, par exemple en modifiant le périmètre de rayonnement existant de son émetteur AM afin de renforcer le signal reçu dans le centre urbain ou en convertissant sa station de radio de la bande AM à la bande FM. Selon la SRC, les analyses de ces possibilités indiquaient que toute modification aux rayonnements AM entraînerait d’énormes coûts en capital pour des améliorations mineures à Edmonton et créerait des brèches en périphérie qui exigeraient peut-être d’installer plus d’émetteurs. La SRC maintenait que des entreprises FM seraient incapables à elles seules de reproduire la zone de couverture de ses émetteurs AM à cause de la baisse générale de disponibilité du spectre sur la bande FM pour les stations de radio de grande puissance. De plus, la SRC alléguait que la conversion de cette station de radio AM à la bande FM impliquerait d’utiliser un grand nombre d’émetteurs FM qui seraient exploités à des fréquences différentes pour desservir les mêmes régions. La SRC soutenait que l’installation d’émetteurs imbriqués serait la solution idéale pour préserver la zone de rayonnement actuelle du son signal AM en périphérie, car ces émetteurs amélioreraient son service dans le centre urbain et lui permettraient de conserver ses vastes périmètres de rayonnement en dehors de la ville. Selon la SRC, cette solution limiterait ses coûts en capital et réduirait les futurs besoins d’émetteurs et de fréquences FM supplémentaires. La SRC faisait valoir que les auditeurs avaient modifié leurs habitudes d’écoute au cours des dix dernières années et que la bande FM était maintenant plus écoutée au Canada que la bande AM. Selon elle, l’écoute de la bande AM avait diminué dans tous les marchés. Au mieux, elle demeurait stable – ce qui l’empêchait d’accroître ses parts de marché. À titre de comparaison, la SRC maintenait que sa position sur la bande FM à Ottawa et Toronto (Ontario), de même qu’à Halifax (Nouvelle-Écosse) et à Saint John (Nouveau-Brunswick) lui avait permis de conquérir de nouvelles parts de marchés dans ces régions. Le Conseil estimait que la SRC avait répondu de manière satisfaisante aux préoccupations exprimées par O.K. Radio à propos du brouillage que pourrait causer à CKER-FM l’ajout d’un émetteur FM de CHFA à Edmonton.
CHFA-10-FM, l’émetteur FM de Radio-Canada à Edmonton, entrait en ondes plus tard cette année.

2009

Le 12 mai, le CRTC renouvelait la licence de CHFA. Ce renouvellement incluait les émetteurs suivants : CBRF-FM Calgary, CHFA-1-FM Lethbridge, CHFA-2-FM Red Deer, CHFA-3-FM Peace River, CHFA-4-FM Hinton, CHFA-5-FM Grande Prairie, CHFA-6-FM Fort McMurray, CHFA-7-FM Falher, CHFA-8-FM Medicine Hat et CHFA-10-FM Edmonton.

2010

Le 9 août, le CRTC renouvelait administrativement la licence de CHFA (et ses émetteurs) jusqu’au 31 août 2011.

2011

Le 25 août, le CRTC renouvelait administrativement la licence de CHFA et ses émetteurs jusqu’au 1er mars 2013. 

2012

Le 22 juin, le CRTC approuvait la demande présentée par la Société Radio-Canada (SRC) visant à obtenir une licence de radiodiffusion afin d’exploiter une station de radio FM de langue française à Edmonton en remplacement de sa station AM CHFA Edmonton, station affiliée au service du réseau La Première Chaîne. Le Conseil approuvait également la demande présentée par la SRC visant à modifier les paramètres techniques des émetteurs CBCX-FM-1 Edmonton et CHFA-10-FM Edmonton. La SRC indiquait qu’elle fut contrainte de cesser l’exploitation de son émetteur CHFA en raison de l’empiétement de zones résidentielles sur le site de l’émetteur. La SRC souhaitait donc faire du réémetteur imbriqué 1’émetteur principal pour la Première Chaîne à Edmonton. Afin de limiter la diminution de couverture associée au passage de la bande AM à la bande FM, la SRC proposait d’interchanger le site de CHFA-10-FM avec celui de son autre émetteur FM à Edmonton, CBCX-FM-1, qui retransmettait la programmation de la station CBCX-FM Calgary (Espace musique). La SRC faisait valoir que cette proposition améliorait l’accès, sur la bande FM, au service de la Première Chaîne, le seul service de radio de langue française à offrir des nouvelles et des émissions régionales à la population d’Edmonton. Une fois la relocalisation des deux émetteurs effectuée, l’émetteur CHFA-10-FM passerait de la fréquence 101,1 MHz (canal 266A) à la fréquence 90,1 MHz (canal 211C1). La puissance apparente rayonnée (PAR) passerait de 3931 à 100 000 watts (antenne non directionnelle avec une hauteur effective d’antenne au-dessus du sol moyen (HEASM) passant de 123,7 à 193 mètres). Selon la SRC, ceci augmenterait de 8,7 % la population de langue française ayant accès au signal FM de la Première Chaîne à Edmonton. Les émetteurs actuels liés à la station CHFA seraient dorénavant attachés à la licence de la nouvelle station FM. Quant à l’émetteur CBCX-FM-1, celui-ci passerait de la fréquence 90,1 MHz (canal 211C1) à la fréquence 101,1 MHz (canal 266A). Sa PAR passerait de 100 000 à 3931 watts (antenne non directionnelle avec une HEASM passant de 193 à 123,7 mètres). La SRC mentionnait que cela aurait pour effet de réduire de 8 % la population de langue française ayant accès à la programmation du service national Espace musique en provenance de Calgary. Le Conseil concluait que l’échange de fréquences tel que proposé par la SRC apporterait une solution au problème de la SRC tout en préservant une bonne couverture dans la zone de desserte de chaque station de radio touchée par l’échange. Le Conseil concluait également que cet échange de fréquences représenterait, pour la SRC, la façon la plus adéquate sur le plan technique de traiter ce problème et constituerait une utilisation appropriée des fréquences.
CHFA migrait de la bande AM (à la fréquence 680 kHz) vers la bande FM (à la fréquence 90,1 MHz). En effet, elle échangeait des fréquences FM avec CBCX-1, qui migrait vers la 101,1 MHz, fréquence utilisée jusque-là par CHFA-10, ancien réémetteur imbriqué de CHFA 680. La fréquence 90,1 MHz avait été utilisée précédemment par CBCX-1.
À l’automne, CHFA 680 quittait les ondes une fois que la période de diffusion simultanée en mode FM eut expiré.
Le 12 décembre, le CRTC approuvait la demande présentée par la Société Radio-Canada en vue de modifier la licence de CHFA Edmonton afin d’exploiter un émetteur FM à Saint-Paul qui rediffuserait la programmation du service de son réseau national de langue française La Première Chaîne. Le nouvel émetteur permettrait aux auditeurs de Saint-Paul de recevoir la programmation en provenance de CHFA Edmonton. Le nouvel émetteur serait exploité à la fréquence 105,5 MHz (canal 288A) avec une puissance apparente rayonnée de 3440 watts (antenne non directionnelle avec une hauteur effective d’antenne au-dessus du sol moyen de 50,8 mètres). La titulaire indiquait que l’ajout d’un émetteur à Saint-Paul visait à améliorer le service de langue française de La Première Chaîne dans cette région.

2013

Le 22 février, le CRTC renouvelait administrativement les licences de CHFA Edmonton et ses émetteurs jusqu’au 31 août 2013.
Le 28 mai, le CRTC renouvelait la licence de CHFA Edmonton et de ses émetteurs CBRF-FM Calgary, CHFA-1-FM Lethbridge, CHFA-2-FM Red Deer, CHFA-3-FM Peace River, CHFA-4-FM Hinton, CHFA-5-FM Grande Prairie, CHFA-6-FM Fort McMurray, CHFA-7-FM Falher, CHFA-8-FM Medicine Hat et CHFA-10-FM Edmonton, pour une période de cinq ans, soit jusqu’au 31 août 201

2016

Le 31 août, le CRTC approuvait les demandes présentées par la Société Radio-Canada en vue de modifier la licence de CHFA-10-FM Edmonton afin d’exploiter des émetteurs à Jasper, Lake Louise et Banff. L’émetteur à Jasper serait exploité à la fréquence de 101,1 MHz (canal 266A) avec une puissance apparente rayonnée de 251 watts (antenne non-directionnelle avec une hauteur effective d’antenne au-dessus du sol moyen de -508,9 mètres). L’émetteur à Lake Louise serait exploité à la fréquence de 102,7 MHz (canal 274A1) avec une PAR de 116 watts (antenne non-directionnelle avec une HEASM de -413,7 mètres). L’émetteur à Banff serait exploité à la fréquence de 105,7 MHz (canal 289A) avec une PAR moyenne de 249 watts (PAR maximale de 1 180 watts avec une HEASM de -247,8 mètres).

CTA Donation - FR

Nous dépendons des subventions et des dons de l’industrie

Voyez nos commanditaires