CBF-FM

CBF-FM , Premiere Chaine, Montréal

Canadian Broadcasting Corp.

 

 

StationAnnéeFréq.PuissanceProp./Info
CBF-FM
1998
95.1
17,030
Societe Radio Canada
CBF-AM
1941
690
50,000
Societe Radio Canada
CBF-AM
1937
910
50,000
Societe Radio Canada
1937

CBF entrait en ondes avec une PAR (antenne non directionnelle) de 50.000 watts, diffusant d'un site à environ quatre milles au nord-est de Verchères, près de Montréal. CBF devenait ainsi la station de radio phare du réseau français de la SRC, alors que sa station soeur, CBM, commençait à diffuser en anglais à temps plein.

1938

La SRC ouvrait trois nouveaux studios pour CBF et CBM dans l'édifice King's Hall, où se trouvaient des studios existants, afin de répondre à l'augmentation du nombre d'heures de diffusion, à l'accroissement des activités et aux exigences de produire des émissions plus ambitieuses. L'un de ces nouveaux studios était de la taille d'une salle de concert, alors que les deux autres studios étaient plus petits et servaient pour la musique de chambre, des récitals de piano et des pièces de théâtre. Chaque studio disposait de sa propre régie ainsi que d'une cabine d'observation à l'intention des visiteurs.

1939

Le 8 mars, John Stadler, ancien directeur de CBF et de CBM, perdit la vie dans un accident d'avion dans le nord du Québec. Gerry Wilmot et J.J. Fernand Leclerc étaient annonceurs. H. Rooney Pelletier était directeur des programmes.

Radio-Canada prévoyait bâtir des studios et des bureaux centraux à Toronto et à Montréal, au coût de 800 000 $ dans chaque ville. La SRC y abriterait ses effectifs et départements qui jusque-là étaient éparpillés sur différents sites. Les nouvelles installations comprendraient un certain nombre de petits studios, un grand studio-auditorium, des bureaux pour le personnel dans chaque ville, les départements commerciaux, ainsi que le département d'ingénierie à Montréal.

1940

Slogan publicitaire de la SRC au Québec: Grâce à la station phare de Radio-Canada, CBF (50 000 Watts), ciblant la population de langue française ... et à la station CBM (5000 Watts) ciblant la population de langue anglaise ... le réseau de Radio-Canada dessert 80% de l'ensemble des ménages munis d'une radio dans la province, tout en rejoignant des ménages canadiens de langue française dans les Maritimes et dans l'Est de l'Ontario.

Jean Marie Beaudet était directeur des programmes de la SRC au Québec. Le réalisateur Rooney Pelletier déménageait en Grande-Bretagne afin de se joindre au service international de Radio-Canada. Jacques DesBaillets, réalisateur en charge de programmes commerciaux dans les studios de Montréal, fut muté au service international de Radio-Canada en Grande-Bretagne.

1941

Le 29 mai, en vertu du traité de La Havane, Radio-Canada déplaçait CBF de la fréquence 910 kHz à la fréquence 690 kHz (fréquence inutilisée de classe IA), tout en conservant une PAR de 50.000 watts.

Le 29 mai, Fernand Leclerc, chef du département des événements spéciaux de la SRC à Montréal, et Léo Pol Morin, musicien chez Radio-Canada, perdaient la vie dans un accident de voiture.

1942

Omer Renaud était directeur de CBF et CBM. J. Arthur Dupont était directeur commercial du réseau français.

Le 16 septembre, Gladstone Murray, directeur général de Radio-Canada, annonçait qu'à partir du 27 septembre, les réseaux cesseraient leurs émissions quotidiennes à 23h30 heure locale dans toutes les régions du Canada. Selon Murray, cette réduction permettrait d'allonger la durée de vie d'une grande partie des équipements de Radio-Canada, certains desquels ne pouvaient être remplacés. Certains tubes à vide utilisés par les stations diffusant avec une puissance de 50 000 watts étaient refroidis à l'eau et coûtaient jusqu'à 3000 $. Or, cette réduction d'une demi-heure ne serait pas appliquée de façon systématique à CBA Sackville, car à certaines occasions cette dernière station continuerait à diffuser pendant 30 minutes supplémentaires.

1944

J. J. Gagnier était directeur musical de CBF et CBM. Albert G. Barrette se joignait au personnel travaillant en ondes à CBF.

1945

Le réseau de la SRC au Québec comprenait trois stations: CBF, CBV et CBJ.

O. Renaud était directeur de CBF.

1946

Les studios de Radio-Canada à Montréal étaient situés au 1231, rue Ste-Catherine Ouest.

John de B. Pyne était agent administratif des programmes à la SRC à Montréal.

En août, la SRC dévoilait un projet d'un nouveau centre de production radiophonique à Outremont devant coûter 2.500.000 $. Plus tôt cette même année la SRC avait rejeté l'offre d'un site par la ville de Montréal - site où Radio-Canada avait déjà prévu bâtir un centre de production radiophonique en 1939. 

1947

J.M. Beaudet était directeur général et Omer Renaud était directeur commercial. Renaud quittait Radio-Canada afin de diriger une entreprise qui représentait des stations de radio. Il avait été directeur commercial de la SRC au Québec. 

1948

Le 8 janvier à 15h07, une explosion dévastait l'édifice King's Hall, tuant un adolescent de 17 ans et blessant six femmes. L'édifice abritait CFCF ainsi que les deux stations montréalaises de Radio-Canada, CBF et CBM. L'ordonnance d'évacuation de King's Hall fut émise à 16h06. CFCF avait repris la diffusion normale à partir de ses installations situées à l'Hôtel Mont-Royal, CBF commençait à recevoir la programmation de CBV Québec et CBM à recevoir celle de CBL à Toronto. La SRC diffusait plus tard à partir de leurs studios à ondes courtes et ensuite du département d'ingénierie, afin d'assurer la continuité de ses services de radio.

Marcel Ouimet était directeur et M. Valiquette était directeur des ventes chez CBF, CBM et CBV.

Vers la fin de l'année, la SRC lançait des travaux de réfection de l'Hôtel Ford qui deviendrait l'édifice de Radio-Canada. Il était prévu que ces travaux se poursuivent jusqu'à l'automne 1949. L'édifice abriterait des studios et bureaux du service international à ondes courtes, de CBF, de CBM, des réseaux (Dominion, Trans-Canada et du réseau français), ainsi que le bureau central des services techniques de la SRC.

1949

Marcel Ouimet était directeur et M. Valiquette était directeur commercial.  

1951


Le 18 mai, devant plus d’un millier d’invités, le Dr J. J. McCann, ministre responsable de la SRC, a coupé le ruban, inaugurant ainsi l’édifice de Radio-Canada à Montréal. Les allocutions données par le Dr McCann, le Dr Augustin Frigon, directeur général de la SRC, et Davidson Dunton, président de la SRC, furent diffusées d’un océan à l’autre pendant une émission spéciale d’une durée de 15 minutes. Les nouveaux locaux acquis par la SRC en 1948 étaient situés dans un édifice de 12 étages où était auparavant logé l’Hôtel Ford. Il a fallu plus de deux ans afin de moderniser et d’adapter l’édifice en vue de rencontrer les exigences de la radio et de la télévision. L’édifice abritait dorénavant le réseau français de Radio-Canada, le service international, la station de télévision de CBC Montréal (de langue anglaise), de même que les bureaux nationaux du personnel et de l’administration, la division de l’ingénierie et la direction. La production sur place de 18 heures de programmation chaque jour nécessitait l’emploi de plus de 600 employés de la SRC et de 600 artisans de la radio. Les émissions nationales étaient produites dans les deux langues alors que le service international diffusait des émissions en 14 langues. Une fois les travaux de modernisation achevés, l’édifice abriterait 26 studios de radio modernes et trois studios de télévision. Quatre émetteurs de 50 000 watts y avaient déjà été installés - deux pour les stations FM et deux autres pour la diffusion en ondes courtes. Les salles de nouvelles, les salles d’enregistrement ainsi que la régie centrale étaient déjà en place. La régie centrale - imposante salle de contrôle - pouvait gérer simultanément les opérations de cinq émetteurs, la diffusion de huit réseaux, la réception de sept réseaux et les opérations dans 26 studios. Dans une large mesure il s’agissait d’opérations automatisées.

1955


William A. Nichols était ingénieur en chef adjoint de la SRC à Montréal.

Gérard Lamarche fut nommé directeur de Radio-Canada pour la province de Québec. Il avait travaillé pour la SRC depuis 1942. En 1952, il avait été directeur des programmes de CBF et directeur des programmes au Québec en 1954.

Aurèle Séguin démissionnait en tant que directeur de la radiotélévision anglaise et française de la SRC au Québec. Séguin avait commencé comme annonceur à CRBC Ottawa en 1934, se joignant à CBV Québec plus tard.

1957

À cette époque, CBF exploitait deux réémetteurs: CBFG 1400 Gaspé et CBFB 990 Mégantic.

1960

En date du 26 juillet, Radio-Canada Montréal comptait un total de 2374 employés, dont 94 réalisateurs de télévision et 40 réalisateurs de radio. Radio-Canada Montréal disposait de huit studios de télévision, incluant le Studio 42 - l'un des plus grands studios au monde - ainsi que 21 studios de radio.

1968


Le 24 décembre, deux émetteurs de la SRC situés à Senneterre - CBMM (diffusant en anglais) et CBFC (diffusant en français) recevaient l'autorisation de changer de fréquences. CBMM se déplacerait du 710 kHz au 540 kHz tandis que CBFC se déplacerait du 540 kHz au 710 kHz.n December 24,

1969

Le 18 mars, CBFF Chibougamau (diffusant  la fréquence 540 kHz avec une PAR de 40 watts) recevait l'autorisation de déplacer son site de l'antenne.

CBF recevait l'autorisation d'exploiter un émetteur à Label-sur-Quévillon, diffusant à la fréquence 1400 kHz avec une puissance de 40 watts.
La SRC détenait ou louait 22 édifices différents à travers la ville de Montréal. En 1972, toutes ces installations allaient être regroupées sous un même toit lorsque la Maison de Radio-Canada a été inaugurée. La Maison comprenait une tour de bureaux de 23 étages, d’une superficie de 900 pieds par 510 pieds sur un terrain de 25 acres dans le centre-est de la ville. Les nouvelles installations de radio comprendraient 11 studios de production (3 desquels seraient dotés d'équipements stéréo), 8 studios de présentation et de 7 salles de montage de bande.

1971

En novembre, les stations montréalaises de Radio-Canada commençaient à diffuser à partir de la nouvelle Maison de Radio-Canada, située au 1400, boulevard Dorchester Est (désormais le 1400 boulevard René-Lévesque Est). Les installations furent inaugurées officiellement le 5 décembre 1973.

 

1974

Lors du renouvellement de la licence de CBF, les licences des  réémetteurs suivants furent également renouvelées (cette liste peut ne pas représenter tous les émetteurs de CBF car certaines licences ont pu être renouvelées à d'autres dates): CBFB Mégantic, CBFC Senneterre, CBFI Mont-Brun, CBFM Lebel-sur-Quévillon, et CBFW Joutel.

 

1976

La SRC recevait l'autorisation d'exploiter un émetteur à Trois-Rivières afin d'y rediffuser la programmation AM de CBF Montréal. Le nouvel émetteur diffuserait à la fréquence 100,1 MHz avec une puissance apparente rayonnée de 4326 watts.

1978

Le 21 septembre, CBF déplaçait le site de son émetteur à Brossard, partageant ce nouveau site avec CBM 940. Ce site abritait une tour de 675 pieds divisée en sections isolées, de même qu'un émetteur Continental 317 de 50 kW.

1985

Le 28 janvier, les émetteurs suivants recevaient l'autorisation de changer leur source de programmation de CBV Québec à CBF Montréal (reçue par satellite): CBV-1 Parent, CBV-2 Lac Édouard et CBV-3 Clova.

Le 9 juillet, CBF-FM-9 Mont-Laurier recevait l'autorisation de changer de fréquence.

1986

Le 14 janvier, CBF-FM-6 Lac-Mégantic recevait l'autorisation de changer de fréquence, du 93,7 MHz au 91,3 MHz, et de diminuer sa puissance apparente rayonnée de 4400 watts à 591 watts.

Le 23 janvier, CBF-18 Parent recevait l'autorisation de changer de fréquence, du 1240 kHz au 710 kHz.

Le 17 octobre, CBF-3 Lebel-sur-Quévillon recevait l'autorisation de changer de fréquence, du 1400 kHz au 650 kHz.

1997

Le 4 juillet, CBF recevait l'autorisation de migrer vers la bande FM, à la fréquence 95,1 MHz, avec une puissance apparente rayonnée de 17.030 watts.

Le 1er septembre, le réseau mono de Radio-Canada fut renommé « La Première Chaîne ».

1998

Le 22 janvier, CBF 690 fut remplacée par CBF-FM 95,1. Cette migration vers la bande FM eut lieu près de deux mois plus tôt que prévu à cause de la grande tempête de verglas de 1998. CBF-FM (Chaîne culturelle) fut renommée CBFX-FM.

Le 26 novembre, la SRC recevait l'autorisation d'exploiter une entreprise de radio numérique transitoire pour desservir Montréal. Installé sur la tour située au sommet du mont Royal, l'émetteur exploiterait le système de radiodiffusion audio numérique EUREKA-147. CBF-FM serait exploitée à la fréquence 1458.048 MHz avec une puissance isotrope rayonnée de 11.724 watts.

1999

L'ancienne station AM CBF 690 fut retirée des ondes.

2000

Le 29 mars, la SRC recevait l'autorisation de convertir CBF-FM-10 Sherbrooke et CBF-FM-8 Trois-Rivières en entreprises de programmation de radio FM de langue française diffusant de la programmation régionale. Jusqu'à cette époque, ces stations avaient retransmis la programmation de CBF-FM Montréal dans son intégralité. La SRC proposait également de retransmettre la programmation de la nouvelle station de Sherbrooke sur les ondes de CBF-FM-11 Asbestos, CBF-FM-6 Lac Mégantic et CBF-FM-12 Victoriaville, plutôt que de la programmation de CBF-FM Montréal. En dehors des nouvelles émissions locales/régionales, ces émetteurs continueraient à rediffuser CBF-FM Montréal.

Le 2 juin, CBF-FM recevait l'autorisation d'augmenter sa puissance apparente rayonnée de 17.030 watts à 100.000 watts. L'augmentation permettrait d'améliorer le service de la Première Chaîne offerte par CBF-FM dans la région montréalaise, en particulier dans les régions métropolitaines périphériques.

2001

CBF-FM exploitait alors les émetteurs suivants: CBF-1 Senneterre, CBF-2 Mont-Brun, CBF-3 Lebel-sur-Quévillon, CBF-4 Matagami, CBF-16 Clova, CBF-17 Lac-Édouard, CBF-18 Parent, CBF-FM-7 Radisson, CBF-FM-9 Mont-Laurier, CBF-FM-13 Saint-Michel-des-Saints, CBF-FM-14 Saint-Jovite et CBF-FM-15 L 'Annonciation. CBF-FM diffusait environ 40 heures de programmation locale par semaine à partir de Montréal. CBF-FM exploitait également CBF-FM-10 Sherbrooke et ses émetteurs, offrant ainsi environ 6 heures 20 minutes de programmation locale par semaine à partir de Sherbrooke et de CBF-FM-8 Trois-Rivières, qui offrait environ 5 heures d'émissions régionales chaque semaine. (Pour de plus amples détails, veuillez consulter l'historique de ces stations)

2002

Le 18 décembre, CBF recevait l'autorisation d'ajouter un émetteur à La Tuque, qui diffuserait au 103,7 MHz avec une puissance apparente rayonnée de 11.300 watts. Ce nouvel émetteur remplacerait CFLM, une station affiliée privée de Radio-Canada, qui fut autorisée à cette date de se désaffilier du réseau.

 

2003

Le 12 mai, la CBF recevait l'autorisation de supprimer CBF-2 Mont-Brun. La SRC indiquait que cette région était bien servie par CHLM-FM Rouyn et par CHLM-FM-1 Amos / Val d'Or qui diffusaient l'ensemble de la programmation de La Première Chaîne.

Le 23 octobre, la SRC recevait l'autorisation de rediffuser, sur le canal secondaire de la station de radio numérique associée à CBF-FM Montréal, de l'information en boucle en provenance du canal principal. Plus spécifiquement, la SRC stipulait vouloir diffuser sur le canal secondaire des bulletins de météo, de circulation et de nouvelles quelques instants après leur première diffusion sur le canal principal.

2008

Le 6 octobre, le CRTC approuvait la demande présentée par la SRC en vue
de modifier la licence de CBF-FM Montréal afin d’exploiter un émetteur à Saint-Donat. Le nouvel émetteur serait exploité à la fréquence 89,7 MHz avec une puissance apparente rayonnée moyenne de 5 460 watts. La SRC indiquait que l’ajout de cet émetteur améliorerait le service dans la région du sud-est du Parc du Mont-Tremblant et plus particulièrement dans la municipalité de Saint-Donat.

2009

Le 12 mai, le CRTC renouvelait la licence de CBF-FM. Ce renouvellement incluait les réémetteurs suivants: CBF-DR-1 Montréal, CBF-1 Senneterre, CBF-3 Lebel-sur-Quévillon, CBF-4 Matagami, CBF-16 Clova, CBF-17 Lac-Édouard, CBF-18 Parent, CBF-FM-7 Radisson, CBF-FM-9 Mont-Laurier, CBF-FM-13 Saint-Michel-des-Saints, CBF-FM-14 Saint-Jovite, CBF-FM-15 L'Annonciation, et CBF -FM-20 Saint-Donat (Montcalm).

2010

En raison d'un manque total d'intérêt pour la radio numérique chez toutes les parties concernées, la SRC informait le CRTC qu'elle serait cesserait l'exploitation de ses émetteurs de radio numérique de Montréal CBME-DR-1, CBM-DR-1, CBF-DR-1 et CBFX -DR-1. Le 15 juin, le Conseil révoquait la licence de radiodiffusion attribuée à la SRC pour ces émetteurs.

Le 29 juillet, le CRTC approuvait une demande présentée par la Société Radio-Canada en vue de modifier les licences de CHLM-FM Rouyn-Noranda et de CBF Montréal.

Afficher plus de contenu... La titulaire proposait d’ajouter les émetteurs CBF-1 Senneterre, CBF-3 Lebel-sur-Quévillon et CBF-4 Matagami à la licence de CHLM-FM afin d’en rediffuser la programmation, et de les retirer de la licence de CBF. Tous les paramètres techniques demeureraient inchangés. Seule la source de la programmation serait modifiée. Par la même occasion, la titulaire affirmait que cette modification lui permettrait de mieux desservir la
population habitant dans les périmètres de rayonnement de ces trois émetteurs en leur
donnant accès à la programmation locale et régionale de CHLM-FM.

Le 3 septembre, le CRTC approuvait une demande présentée par la Société Radio-Canada en vue de modifier les licences de radiodiffusion de CBF-FM-8 Trois-Rivières et de CBF-FM Montréal.

La titulaire proposait d’ajouter les émetteurs CBF-16 Clova, CBF-17 Lac Édouard et CBF-18 Parent à la licence de CBF-FM-8 afin d’en rediffuser la programmation, et de les retirer de la licence de CBF-FM. Tous les paramètres techniques demeureraient inchangés. Seule la source de la programmation serait modifiée. La titulaire indiquait que cette modification lui permettrait de mieux desservir la population habitant dans les périmètres de rayonnement de ces trois émetteurs en leur donnant accès à la programmation locale et régionale de CBF-FM-8.

À la même date, le CRTC approuvait une demande présentée par la Société Radio-Canada relative à CBF-FM Montréal.

Plus précisément, la titulaire proposait de modifier le périmètre de rayonnement autorisé de CBF-FM-20 St-Donat en diminuant la puissance apparente rayonnée (PAR) moyenne de 5 460 à 4 370 watts (PAR maximale de 11 600 à 10 000 watts avec une hauteur effective d’antenne au-dessus du sol moyen passant de 242,5 à 182,9 mètres) et en déplaçant l’antenne vers un autre site. La titulaire indiquait que cette modification était nécessaire parce que le site original proposé pour le service de la Première chaîne à St-Donat n’était plus disponible. Elle proposait par conséquent de déménager l’antenne vers un site sur le mont Garceau. Le CRTC notait que la population comprise dans le périmètre de rayonnement de 3 mV/m de la station diminuerait de 12 072 à 7 528 personnes, et de 121 173 à 64 286 personnes dans le périmètre de rayonnement de 0,5 mV/m. 

Les deux tours à Brossard ayant diffusé les émissions de CBF 690 et de CBM 940 plus d'une décennie plus tôt furent démantelées. La SRC avait utilisé le site Brossard de 1978 à 1999. Avant 1978, CBF et CBM avaient opéré des tours séparées à différents endroits. En 2010, la tour de 675 pieds fut utilisée une dernière fois pour diffuser en FM, au moment où la SRC entreprenait des travaux sur le site principal FM-TV au sommet du mont Royal.

Le 9 août, le CRTC renouvelait administrativement la licence de CBF-FM (et de ses émetteurs) jusqu'au 31 août 2011.

2011

Le 25 août, le CRTC renouvelait administrativement la licence de CBF-FM et de ses émetteurs jusqu'au 1er mars 2013.

2013

Le 22 février, le CRTC renouvelait administrativement les licences de CBF-FM Montréal et de ses émetteurs jusqu'au 31 août 2013.

Le 28 mai, le CRTC renouvelait la licence de CBF-FM Montréal et de ses émetteurs CBF-FM-7 Radisson, CBF-FM-9 Mont-Laurier, CBF-FM-13 Saint-Michel-des-Saints, CBF-FM-14 Saint-Jovite, CBF-FM-15 L'Annonciation, et CBF-FM-20 Saint-Donat (Montcalm), pour une durée de cinq ans, soit jusqu'au 31 août 2018.

2016

À l’automne, la Société Radio-Canada annonçait qu’elle confierait au groupe Broccolini la construction de la nouvelle Maison de Radio-Canada à Montréal et qu’elle vendrait au Groupe Mach la partie ouest de la grande propriété (au coin du boulevard René-Lévesque et de l’avenue Papineau) occupée par ses installations. Ces transactions nécessitaient toutefois l’approbation du Conseil du Trésor.

2017

En mars, le CRTC autorisait Radio-Canada à réduire la PAR de CBF-FM-7 Raddison de 199 à 101 watts (PAR maximale de 366 à 101 watts), à augmenter la hauteur de l’antenne et changer le diagramme de rayonnement de non directionnel à directionnel.

Le 1er octobre, la levée de la première pelletée de terre fut effectuée sur le site de la nouvelle Maison de Radio-Canada à Montréal. La ministre fédérale du Patrimoine, Mélanie Joly, le maire de Montréal Denis Coderre et le président de la SRC, Hubert T. Lacroix, étaient du nombre des invités lors de la cérémonie. Doté d’un atrium de quatre étages et d’un patio sur le toit, ce nouvel immeuble devrait être achevé d’ici janvier 2020.

En octobre, le CRTC autorisait la SRC à augmenter la PAR de CBF-FM-9 Mont-Laurier de 38 000 à 40 430 watts et à réduire la hauteur de l’antenne.

2018

En mars, le CRTC autorisait Radio-Canada à augmenter la PAR de CBF-FM-6 Lac Mégantic de 591 à 807 watts et d’augmenter la hauteur de l’antenne.

En juin, la SRC fut autorisée à exploiter CBF-FM en haute définition avec une puissance de 3 802 watts. CBF-FM-HD1 offrirait la programmation d’Ici Première et CBF-FM-HD2 présenterait les émissions d’Ici Musique.

 Michel Pepin décédait le 19 novembre, à l’âge de 57 ans. Pepin avait fait ses débuts comme journaliste à la radio et à la télévision communautaires à Amqui en 1983, se joignant ensuite aux équipes de Radio-Canada et de la radio régionale à Ottawa de 1988 à 2000. De 2000 à 2010, il avait occupé les postes de journaliste et d’animateur à Radio-Canada Montréal.

Radio-Canada inaugurait ICI Musique Classique, un service uniquement en mode numérique, à l’antenne du canal HD2 de CBF-FM Montréal. Ce service était déjà disponible en ligne et comme application mobile.

CTA Donation - FR

Nous dépendons des subventions et des dons de l’industrie

Voyez nos commanditaires