Astral Media Inc.

1961

À Montréal, les quatre frères Greenberg fondaient une entreprise de photographie, Angreen Photo inc., qui deviendrait par la suite Astral Média, propriétaire du plus grand groupe de stations de radio au Canada. Par ailleurs, cette entreprise détenait aussi d’importants actifs télévisuels traditionnels et spécialisés. Chacun des frères – Harold, Harvey, Sidney et Ian – contribueront de manière significative à l’évolution de cette entreprise exceptionnelle. 

1967

Forte de son acquisition en 1963 des laboratoires photo Bellevue Pathé à Montréal, Angreen fut bien placée pour négocier des droits exclusifs de vente de caméras, de films et de matériel photographique sur le site de la Terre des Hommes (Expo 67) à Montréal, ainsi que la vente de diapositives souvenirs de l’exposition universelle à l’échelle planétaire. Ces contrats de vente permettaient à Angreen de renforcer sa base financière et de poursuivre sa croissance.

1971

En 1968-69, Angreen faisait l’acquisition de deux grandes entreprises de production cinématographique : les laboratoires et studios d’enregistrement Pathé-Humphries à Toronto (1968) et Associated Screen News Industries à Montréal (1969).
En 1968, Angreen faisait également l’acquisition, auprès du Centre Photographique de Montréal, de magasins de photo au détail à Montréal. Disposant dorénavant d’une chaîne de 125 magasins au Canada sous le nom d’Astral Photo, les Greenberg se préparaient à faire entrer en bourse leur entreprise. Le 26 juillet 1971, l’offre publique fut lancée, marquant ainsi l’émergence d’Astral Communications Limited.

1973

À la suite de fusions d’entreprises, Astral Belleview Pathé Limited fut créée comme groupe se spécialisant dans la distribution de films pour la télévision et de longs-métrages. Les Greenberg étaient les plus importants actionnaires de l’entreprise. Harold Greenberg était le président et chef de la direction. Astral se lança également dans la production cinématographique, Harold agissait comme producteur exécutif de plusieurs longs métrages canadiens, dont The Neptune Factor en 1973 (dont la version française s’intitulait Odyssée sous la mer), The Apprenticeship de Duddy Kravitz et Seizure en 1974 (en versions françaises : L’Apprentissage de Duddy Kravitz et La Reine du mal), City on Fire en 1978 (en version française : Cité en feu), Death Ship en 1979 (Le Bateau de la mort) et Tulips en 1980. 

1981

Lors de l’étape suivante de sa diversification, Astral fonda Pathé Video, une usine de duplication de vidéocassettes à Toronto. La même année, Harold Greenberg y allait d’un nouveau coup d’éclat pour Astral, en étant le coproducteur exécutif du succès au box-office Porky’s (en version française : Chez Porky).

1982

En mars, le CRTC prenait une décision qui aurait un impact important sur le futur développement d’Astral. En effet, le CRTC annonçait l’attribution des premières licences de télévision payante au Canada. Ainsi, First Choice Canadian Communications et Superchannel obtenaient des licences nationales. Plusieurs licences régionales furent également accordées.

1983

Cette année marquait un point déterminant dans l’évolution d’Astral. Depuis une décennie, l’entreprise s’imposait comme l’un des plus importants producteurs de films et de produits télévisés au Canada. En 1983, Astral devenait ainsi un joueur significatif dans le domaine de la télédiffusion. Le 1er février, les services payants First Choice et Superchannel furent lancés. À la fin de l’année, Astral prenait le contrôle de First Choice et de son pendant de langue française, Premier Choix. Le CRTC autorisait cette prise de contrôle à la condition qu’Astral se retire de la production de films pour éviter toute possibilité de conflit d’intérêts. 

1984

Harold Greenberg succédait à Don MacPherson à titre de président de First Choice, un poste qu’il conserverait jusqu’à sa mort en 1995. Au cours de l’année, comme il devenait évident que tous les services payants essuyaient des pertes importantes, diverses fusions permirent à First Choice d’obtenir l’exclusivité pour l’est du Canada, tandis que Superchannel bénéficierait de l’exclusivité dans le reste du pays, de Winnipeg à la Colombie-Britannique. À la fin de l’année, les deux chaînes abandonnaient la programmation d’intérêt général afin de se concentrer presque exclusivement sur la diffusion de films.
Bien qu’absente du secteur de la production, Astral restait très impliquée dans le domaine des équipements de télévision. En 1984, en créant Ciné-Maison Bellevue, l’entreprise se lançait dans la distribution en gros de vidéocassettes.

1985

AstralTech, un nouveau centre de production vidéo, fut lancé. 

1986

Bien qu’absente du secteur de la production, Astral continuait à donner des appuis solides à l’industrie canadienne de la production cinématographique. En l’honneur de Harold Greenberg, Astral créait « Le Fonds Harold Greenberg », pour soutenir la production de la programmation canadienne. Au cours des vingt prochaines années, le Fonds investirait plus de 50 000 000 $ dans des productions canadiennes. 

1987

Astral se diversifiait davantage en lançant Astral Média Outdoors, une entreprise offrant de multiples opportunités de revenus publicitaires par la voie de l’affichage, les panneaux publicitaires, les abribus et le moblier urbain. 

1988

Deux nouvelles chaînes spécialisées étaient lancées, dans lesquelles Astral détenait des parts : The Family Channel et Canal Famille.

1989

Après avoir siégé pendant six ans à titre de président du CRTC, André Bureau quittait le Conseil. Peu après, André devenait président et chef de la direction d’Astral Communications inc. Il deviendrait par la suite président du Groupe de radiodiffusion Astral, et plus tard président d’Astral Média inc. 

1991

Astral lançait une nouvelle chaîne spécialisée nationale de télévision payante, Viewer’s Choice, qui diffuserait des longs métrages importants, des événements sportifs, des concerts et d’autres événements spéciaux.

1995


Astral lançait deux nouvelles chaînes spécialisées : Moviepix (qui deviendrait plus tard Mpix), une chaîne présentant des films classiques, et Canal D, une chaîne documentaire en langue française.
En décembre, Harold Greenberg démissionnait à titre de président-directeur général et était remplacé par son frère Ian.

1996

Ian Greenberg, président d’Astral, annonçait l’intention d’axer les activités de l’entreprise uniquement sur les médias et la publicité extérieure.
Le 1er juillet, à la suite d’une longue maladie, Harold Greenberg décédait du cancer.
Par le biais de sa filiale Viewer’s Choice, Astral détenait une participation à hauteur de 40% dans Canal Indigo, une nouvelle chaîne de télévision payante de langue française.
En septembre, le CRTC autorisait l’entrée en ondes de Teletoon, une nouvelle chaîne spécialisée diffusant majoritairement des émissions de dessins animés destinées aux enfants, en anglais et en français. The Family Channel, détenue conjointement par Astral et WIC Western International Communications, détenait une participation majoritaire dans Teletoon et son pendant français, Télétoon.

1997


Astral faisait son entrée dans le domaine de la radiodiffusion conventionnelle, en se portant acquéreuse d’une participation à hauteur de 25% dans Radiomutuel inc., propriétaire d’un groupe de stations de radio au Québec. La même année, l’entreprise devenait propriétaire unique de deux chaînes spécialisées de langue française, Premier Choix et Canal Famille.
La nouvelle chaîne spécialisée Comedy Network entrait en ondes la même année. Astral détenait une participation de 14,95% dans Comedy Network, les autres actionnaires étant le Festival Juste pour rire, Baton Broadcasting et Shaw Communications.
Le 17 octobre, les deux chaînes spécialisées de Teletoon entraient en ondes.

1998

Le 7 février, la famille Greenberg était profondément attristée par le décès de Harvey, un autre des quatre frères qui avaient fondé Angreen Photo inc. en 1961.
Astral formait une coentreprise avec Radiomutuel en vue de lancer TV Plus Media, une entreprise spécialisée dans la publicité et les offres de commercialisation conjointe faites aux chaînes de télévision spécialisées.

1999

En juillet, Astral déposait une demande auprès du CRTC en vue d’acquérir le contrôle de Radiomutuel inc. Cette demande fut entendue lors d’une audience le 3 septembre, mais aucune décision ne fut prise avant la fin de l’année.

2000

Le 12 janvier, le CRTC approuvait la demande déposée par Astral en vue d’acquérir Radiomutuel inc. Grâce à cette transaction, Astral obtenait le contrôle de huit stations de radio FM de langue française et de trois stations de radio AM de langue française au Québec, le réseau de radio FM Radio Énergie, comprenant huit stations FM de Radiomutuel ainsi que deux chaînes spécialisées de langue française, Canal Vie et Canal Z.
De plus, Astral acquérait une participation de 50% dans MusiquePlus inc., titulaire des services spécialisés MusiquePlus et Musimax (CHUM Limited détenant l’autre 50%), les Entreprises RadioMédia inc., titulaire de la station de radio CKAC-AM Montréal et du réseau de radio AM RadioMédia (Télémédia Radio inc. détenant l’autre 50%) et RadioMédia inc., titulaire de la station de radio CHRC-AM Québec (Télémédia Radio inc. détenant l’autre 50%).
Grâce à cette transaction, Astral acquérait un certain nombre d’actifs autres que de radiodiffusion, dans les domaines de la publicité extérieure et des ventes de publicité à la radio.
Ce même mois de janvier, Astral lançait trois nouvelles chaînes spécialisées, Ztélé, détenue à 100%, ainsi que Historia et Séries +, qu’elle détenait conjointement avec Alliance Atlantis.
Le 25 février, Astral Communications changeait de raison sociale pour la première fois depuis presque 29 ans, devenant Astral Média.
Lors de la prise de contrôle de Radiomutuel par Astral, Michel Arpin est devenu conseiller principal en matière de réglementation et d’affaires gouvernementales auprès du Groupe de radiodiffusion Astral. Michel Arpin avait auparavant occupé des postes au CRTC et à Civitas Corporation, avant de se joindre à Radiomutuel, où il a œuvré pendant 18 ans.

2001

Astral acquérait trois stations de radio, soit CFOM-FM Lévis, CFEI-FM Saint-Hyacinthe et CHRD Drummondville.
Dans le domaine télévisuel, l’entreprise acquérait auprès de Corus le solde des actions qu’elle ne détenait pas déjà dans Family Channel, augmentant ainsi sa participation à 40% dans les chaînes spécialisées françaises et anglaises de Teletoon / Télétoon. Par la même occasion, Astral vendait à Corus sa participation dans le réseau Comedy Network.
À des fins de stratégie de marque, la chaîne spécialisée Canal Famille changeait de nom, devenant VRAK-TV. Cette chaîne ciblait le groupe d’âge de 3 à 14 ans.

2002

Le 19 avril, suite à une décision favorable du Bureau canadien de la concurrence, le CRTC approuvait une demande déposée par Astral Média inc. en vue d’acquérir le contrôle effectif de trois sociétés, 3903206 Canada inc., Télémédia Radio Atlantique inc. et Radiomedia Inc. Grâce à cette transaction, Astral acquérait dix-sept stations de radio au Québec, au Nouveau-Brunswick et en Nouvelle-Écosse. L’approbation du CRTC fut conditionnelle à ce qu’Astral vende CFOM-FM, Lévis. 

2004

Astral lançait un nouveau service de vidéo sur demande par abonnement avec  The Movie Network on Demand et Super Écran sur demande. 

2005

Le 21 janvier, le CRTC annonçait l’approbation conditionnelle d’une proposition d’échange d’actifs déposée par Astral Média Radio inc. et Corus Entertainment Inc. En effet, les deux entreprises proposaient d’échanger la propriété d’un certain nombre de stations de radio dans la province de Québec. Les conditions énoncées par le CRTC concernaient principalement la planification requise de pourcentages spécifiques de certaines catégories de contenus diffusés.
Suite à cette transaction, Astral acquérait les stations de radio CFVM-FM Amqui, CJDM-FM Drummondville, CJOI-FM Rimouski, CIKI-FM Rimouski et son émetteur CIKI-FM-2 Sainte-Marguerite-Marie, ainsi que CFZZ-FM Saint-Jean-Iberville.
De son côté, Corus acquérait CKAC-AM Montréal, CHRC-AM Québec, CJRC-AM Gatineau, CKRS-AM Saguenay, CHLKN-AM Trois-Rivières, CHLT-AM Sherbrooke, CKTS-AM Sherbrooke et CFOM-FM Lévis. De plus, Corus acquérait la propriété des stations de radio numériques CKAC-DR-2 Montréal et du CJRC-DR-2 Gatineau, du réseau de hockey des Canadiens de Montréal et du réseau de football des Alouettes de Montréal.
Le 1er mai Astral lançait The Movie Network HD, offrant une programmation haute définition 24 heures par jour, ainsi que Cinépop, une chaîne de langue française offrant un service exclusif de films classiques.
Le 5 mai, Michel Arpin quittait Astral afin de retourner au CRTC en tant que vice-président, radiodiffusion.
En juin, le CRTC approuvait la demande de CHUM Ltd., au nom d’un partenariat à constituer (CHUM à hauteur de 80,1% et Astral à hauteur de 19,9%), en vue d’obtenir une licence de radiodiffusion pour exploiter une entreprise de radio terrestre par abonnement. Il fut initialement prévu que le service desserve les principales villes de l’Ontario, du Québec et de la C.-B., et d’autres régions au cours de la période de licence. Deux services de radio par satellite, Sirius et XM, obtenaient des licences à cette occasion. Ce partenariat CHUM / Astral ne se réalisera jamais (pour de plus amples informations, veuillez consulter la Diffusion audionumérique).
En octobre, Astral obtenait quatre nouvelles licences pour les chaînes spécialisées numériques en français, Télé-Rêve, Canal Chez Moi, Canal Justice et Télévitesse.

2006

À compter du 9 janvier, Astral commençait à diffuser sur les ondes de la chaîne à haute définition Movie Network des films classiques en haute définition, offrant par la même occasion une option HD pour ses autres chaînes spécialisées, Canal D, Canal Vie, Historia, Séries +, ZTélé et Super Écran. La licence de VRAK-TV fut modifiée en vue de permettre la diffusion d’émissions ciblant des jeunes ayant jusqu’à 17 ans.
Astral détenait déjà 30 stations de radio, mais elle souhaitait poursuivre son expansion. Ainsi, au cours de l’été 2006, Astral faisait une tentative sérieuse en vue d’acquérir les actifs du groupe CHUM. Allan Waters, propriétaire du groupe CHUM, était décédé en décembre de l’année précédente. Six mois plus tard, la famille Waters annonçait son intention de mettre le groupe en vente. L’offre d’achat déposée par Astral fut surpassée par celle de CTVglobemedia. Malgré ce revers, Astral avait clairement l’intention de poursuivre son expansion.
Astral portait sa participation dans les chaînes anglaise et française de Teletoon à 50%.
Cette année marquait les dix ans d’Ian Greenberg en tant que président d’Astral et les vingt ans du Fonds Harold Greenberg, qui avait financé énormément de productions canadiennes.

2007

Astral Média et le Fonds Harold Greenberg annonçaient en février le lancement du projet Reel Support, une nouvelle entreprise en association avec Fujifilm qui offrirait une nouvelle source de financement à l’industrie canadienne du cinéma et de la télévision.
Le 23 février 2007, Astral annonçait avoir signé une lettre d’intention avec Radio Standard en vue d’acquérir tous les actifs de cette dernière. Standard ayant accepté l’offre déposée par Astral, la transaction obtenait l’approbation du CRTC le 28 septembre et la transaction fut conclue le 29 octobre de la même année. Grâce à cette transaction, Astral devenait la plus grande titulaire de stations de radio au Canada. Désormais, elle détenait 82 stations dans 29 marchés, dont 52 stations de radio qu’elle venait d’acquérir au Québec, en Ontario, au Manitoba, en Alberta et en Colombie-Britannique. Ces stations incluaient CFRB-AM Toronto et CJAD-AM Montréal, ainsi que deux petites stations de télévision à Dawson Creek, au Yukon et à Terrace, en Colombie-Britannique.
Il est à noter que le bloc d’avantages tangibles ayant accompagné l’acquisition de Standard par Astral comprenait une somme de 140 000 $ à verser à la Fondation canadienne des communications dans sept versements annuels de 20 000 $, cette somme devant appuyer le développement par la Fondation de son site Web consacré à l’histoire de la radiodiffusion canadienne.
En juin, Astral acquérait auprès de CHUM Limited sa participation de 50% dans les chaînes spécialisées MusiquePlus et MusiMax, augmentant la participation d’Astral dans chacune de ces chaînes à hauteur de 100%.
Le 1er octobre, Astral lançait une nouvelle chaîne spécialisée en langue anglaise, Teletoon Retro.
En novembre, après avoir géré les affaires d’Astral au fil des années, au point d’en faire un véritable leader dans l’industrie de la radiodiffusion, Ian Greenberg recevait le prix Ted Rogers et Velma Rogers Graham. Ce prix rendait hommage à ses contributions exceptionnelles au système de radiodiffusion canadien.

2008

Le 30 mai, Astral Média Radio inc. apprenait qu’elle venait d’échouer dans sa tentative d’obtenir une licence en vue d’exploiter une nouvelle station FM à Vancouver.
En août, le CRTC autorisait Astral Média Radio inc. à exploiter deux nouvelles stations de radio FM en langue anglaise, pour desservir Ottawa et Gatineau. Toutefois, suite aux pétitions des parties concernées, la décision fut renvoyée au CRTC le 20 novembre par le biais d’un décret de la gouverneure en conseil, qui ordonnait au Conseil de réexaminer la demande, à tenir une nouvelle audience à cet effet et à « étudier et expliquer à fond son approche quant à l’évaluation des besoins des communautés de langue officielle en situation minoritaire et comment cette approche s’applique au cas présent ».
Il était prévu que cette nouvelle audience ait lieu le 31 mars 2009.
Lundi le 3 novembre, au cours du congrès annuel de l’Association canadienne des radiodiffuseurs à Ottawa, Harold Greenberg (à titre posthume) et Ian Greenberg furent intronisés à l’Ordre du Mérite de l’ACR. Le mardi 4 novembre, une présentation vidéo marquait le 40e anniversaire de la création du CRTC. À la suite de cette présentation, le président d’Astral Média, André Bureau, lui-même ancien président du CRTC, faisait une allocution dans laquelle il rendait hommage au CRTC, tout en saluant le travail que ce dernier avait accompli au cours des quatre décennies précédentes.

2009

Le 31 mars et le 12 juin, le CRTC tenait de nouvelles audiences en vue de réexaminer la demande déposée par Astral afin d’exploiter une nouvelle station de radio de langue anglaise qui desservirait Ottawa et Gatineau. Le 11 août, le Conseil réaffirmait sa décision d’attribuer la licence qu’Astral avait demandée. La nouvelle station diffuserait à la fréquence 99,7 MHz. 

2010

Le 27 mai, CJOT-FM, la nouvelle station détenue par Astral à Ottawa / Gatineau, entrait en ondes. 

2011

Le 26 septembre, le CRTC rejetait une demande déposée par Astral en vue d’acquérir la propriété de Shore Media, titulaire de la licence de CHHR-FM Vancouver, signalant que cette demande contrevenait à la politique du Conseil sur le trafic de licence.
Le 19 décembre, Astral annonçait néanmoins avoir reçu l’autorisation du CRTC en vue d’acquérir Shore Media Group Inc., titulaire de la licence de CHHR-FM 104,3 (Shore FM), à Vancouver, Colombie-Britannique. Cette acquisition devait être conclue début 2012.
« Nous sommes très fiers d’accueillir Shore FM au sein de la famille Astral et de renforcer notre présence multi-plate-forme à Vancouver et en Colombie-Britannique », déclarait le président d’Astral Radio, Jacques Parisien.

2012

Le 16 mars, BCE, société mère du réseau CTV, annonçait que, sous réserve de l’approbation du CRTC et du Bureau de la concurrence, elle avait convenu de se porter acquéreuse d’Astral Média au coût de 3,38 milliards de dollars. Selon le président-directeur général de BCE, George Cope, « Nous croyons que le fait de réunir Astral et BCE permettra aux deux entreprises de renforcer leur situation concurrentielle ».
Le 25 mai, Astral Média inc. annonçait que la Cour supérieure du Québec avait approuvé l’acquisition préalablement annoncée de toutes les actions émises et en circulation d’Astral par BCE inc. conformément à un plan d’arrangement prévu à l’article 192 de la Loi canadienne sur les sociétés par actions. La Cour supérieure du Québec avait déclaré que l’arrangement était équitable pour les actionnaires d’Astral.
Le 10 juillet, le CRTC annonçait qu’il tiendrait une audience le 10 septembre 2012 à 9h00 au Palais des Congrès de Montréal, 1001 place Jean-Paul-Riopelle, Montréal, Québec. Cette audience porterait sur la demande déposée par BCE inc., afin d’obtenir l’autorisation d’exercer le contrôle effectif des entreprises de radiodiffusion détenues par Astral.
Immédiatement après cette annonce, un groupe d’entreprises de radiodiffusion dirigé par Quebecor inc. Cogeco inc. et Bragg Communications lançaient une campagne médiatique « Dites non à Bell », qui produirait près de dix mille commentaires provenant de diverses sources.
Le 18 octobre, l’industrie fut très étonnée d’apprendre que le CRTC avait décidé de refuser la demande présentée par BCE inc. (BCE), au nom d’Astral Média inc. (Astral), en vue de modifier le contrôle effectif des entreprises de radiodiffusion d’Astral. Le Conseil déclarait qu’il ne fut « pas convaincu que la transaction apporterait au système canadien de radiodiffusion et aux Canadiens des avantages importants et sans équivoque suffisants pour compenser les préoccupations à l’égard de la concurrence, de la concentration de propriété en télévision et en radio, de l’intégration verticale et de l’exercice du pouvoir dans le marché ».
Le même jour, Bell Media publiait un communiqué, se disant « consternée » par la décision, et annonçant qu’elle demanderait que le Cabinet fédéral intervienne dans la décision du CRTC de rejeter l’acquisition par Bell d’Astral Média. Bell affirmait en outre que cette décision aurait un impact négatif sur les consommateurs, qu’elle était en contradiction avec la politique du CRTC elle-même et était « entachée par un lobbying exercé en coulisse par des câblodistributeurs concurrents de Bell ».
Le 19 novembre, Astral et Bell annonçaient toutefois avoir modifié leur entente d’arrangement. Les deux entreprises montréalaises soumettaient une nouvelle proposition au Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes (CRTC) en vue de faire approuver l’acquisition par Bell d’Astral. Bell a également annoncé qu'elle avait officiellement retiré sa demande au Cabinet fédéral pour une orientation politique au CRTC.
« Nous avons bien compris le message des Canadiens et du CRTC – ils veulent l’assurance que l’union d’Astral et de Bell Média profitera directement aux consommateurs et aux créateurs, » déclarait George Cope, président et chef de la direction de Bell. « Nous sommes prêts à offrir plus de choix aux auditeurs et aux téléspectateurs, plus de possibilités aux créateurs de contenu et plus de concurrence dans le secteur de la radiodiffusion… Bell et Astral sont heureuses d’aller de l’avant avec une nouvelle proposition qui profitera à tous les Canadiens, dans les deux langues officielles, dans les collectivités grandes et petites à travers le pays, une proposition qui apportera de nouvelles idées, de nouveaux fonds et de nouveaux choix ».
À la suite des modifications apportées aux termes de l’entente d’arrangement initial entre Astral et Bell, la date de clôture de la transaction fut prolongée jusqu’au 1er juin 2013, Astral et Bell conservant chacune le droit de prolonger la date de clôture jusqu’au 31 juillet 2013.

2013

Le 4 mars, le Bureau de la concurrence donnait le feu vert à la proposition de transaction révisée visant à fusionner BCE inc. (Bell) et Astral Média. Cette transaction nécessitait également l’approbation du CRTC.
Bell déclarait que l’annonce faite par le Bureau de la concurrence résultait d’une entente selon laquelle Bell vendrait un certain nombre de services télévisés détenus par Astral. Bell Media conserverait huit services télévisés détenus par Astral : en langue française, SuperÉcran, CinéPop, Canal Vie, Canal D, VRAK TV et Z Télé, et en langue anglaise, The Movie Network, HBO Canada et TMN Encore.
« Cette décision positive du Bureau de la concurrence est une importante étape en vue du regroupement d'Astral et de Bell Média, et pour la réalisation de notre engagement d'accroître l'investissement et la concurrence dans le secteur canadien de la radiodiffusion », déclarait George Cope, président et chef de la direction de BCE inc. et de Bell Canada. « Cette décision préserve la valeur exceptionnelle que la transaction représente pour les consommateurs, le secteur canadien des médias et les actionnaires d'Astral et de Bell. »
Le 6 mars, le CRTC annonçait qu’il tiendrait une audience le 6 mai, en vue d’examiner les demandes révisées déposées par Astral Média et Bell Media en vue de transférer le contrôle effectif des entreprises de radiodiffusion d’Astral à BCE inc.
Sous réserve de l’approbation du Conseil, la clôture de cette transaction proposée serait précédée de réorganisations d’entreprises à étapes multiples au sein de BCE et d’Astral à des fins de planification fiscale et pour faciliter la clôture et la cession de certains actifs.
À cette fin, le CRTC examinerait également des demandes présentées par Astral au nom de BCE afin d’effectuer une réorganisation d’entreprise à étapes multiples impliquant le transfert d’actifs de certaines entreprises de radiodiffusion vers de nouvelles entités devant être établies et contrôlées par BCE.
Enfin, le CRTC examinerait une demande soumise par Astral visant à procéder à une réorganisation d’entreprise au sein d’Astral impliquant le transfert des actifs de certaines de ses entreprises de radiodiffusion à de nouvelles entités devant être établies et contrôlées par Astral.
Dans le cadre de sa demande, Astral soutenait que, pour assurer que tout soit conforme aux politiques du CRTC et pour répondre à toute préoccupation concernant la concentration du marché, BCE se départirait de 11 chaînes de télévision : six chaînes de langue française (Télétoon Rétro, Disney Junior, MusiquePlus, MusiMax, Historia et Séries +), quatre chaînes de langue anglaise (Teletoon Retro, Cartoon Network, Disney XD et Family Channel, ainsi que le multiplex Disney Junior), ainsi qu’une chaîne diffusant dans les deux langues (Teletoon).
Le 6 mai, le CRTC ouvrait une audience d’une semaine afin d’examiner la proposition révisée déposée par BCE en vue d’acquérir Astral. Aucune décision n’ayant été annoncée avant le 1er juin, le CRTC annonçait que la date de clôture de la transaction serait prolongée jusqu’au 31 juillet.
Le 27 juin 2013, le CRTC approuvait sous réserve de certaines conditions la demande déposée par Astral Média inc. en vue de vendre ses chaînes de télévision payante et spécialisée, ses stations de télévision conventionnelles et ses stations de radio à BCE inc. Le CRTC approuvait également les demandes présentées par Astral au nom de BCE visant les réorganisations à étapes multiples afin de donner effet à la demande principale advenant l’approbation de cette dernière.
Le CRTC assujettissait son approbation à une condition : que BCE se départisse de la propriété de plusieurs entreprises de programmation de télévision et de radio. En outre, le CRTC ordonnait à BCE inc. de transférer à un fiduciaire la direction et le contrôle intérimaires de ces entreprises de programmation de télévision, conformément à la convention de vote fiduciaire traitée dans une lettre d’approbation publiée le 27 juin 2013, et ce, au plus tard le 29 juillet 2013.
Les entreprises de programmation devant être vendues étaient CHHR-FM Vancouver, CKZZ-FM Vancouver, CISL Vancouver, CFQX-FM Selkirk, CHBM-FM Toronto, CKQB-FM Ottawa-Gatineau et CJOT-FM Ottawa-Gatineau, CKCE-FM Calgary, CHIQ-FM Winnipeg et CFXJ-FM Toronto.
Les chaînes spécialisées devant être vendues étaient :
Télévision de langue française
• Disney Junior
• Historia
• MusiquePlus
• MusiMax
• Séries +
• Teletoon / Télétoon
• Télétoon Rétro
Télévision de langue anglaise
• Cartoon Network
• Disney XD
• Teletoon / Télétoon
• Teletoon Retro
• The Family Channel
La transaction fut conclue le 5 juin 2014. Astral Média inc. fut dissoute en juillet 2014, à la suite de l’acquisition officielle des actifs d’Astral par Bell.

 

CTA Donation - FR

Nous dépendons des subventions et des dons de l’industrie

Voyez nos commanditaires